Le Bien Public :  Montbard : Lutte ouvrière aura sa liste

Article de presse
21/02/2014

Isabelle Marchal l'assure, elle a largement réuni le nombre de colistiers nécessaire pour que Lutte ouvrière soit présente aux municipales à Montbard.

Lutte ouvrière a-t-elle réussi là où le Front de gauche rencontre, semble-t-il, beaucoup de difficultés ? En tout cas, Isabelle Marchal est catégorique : elle est en mesure de mener une liste de 29 noms estampillée LO pour le premier tour des municipales, le 23 mars prochain. « J'ai même assez de volontaires pour constituer deux listes », assure-t-elle sans rire. Les militants du parti n'ont pas ménagé leurs efforts, n'hésitant pas à aller de porte en porte pour dégotter des candidats. « Nous allons présenter une liste de travailleurs, de chômeurs et de retraités qui sont révoltés par les attaques dont ils sont la cible de la part du patronat et du gouvernement », indique Isabelle Marchal, 48 ans, salariée d'une entreprise d'emballage dans la banlieue dijonnaise.

Contrairement aux autres listes, Lutte ouvrière n'a pas élaboré de programme spécifique à Montbard : dans le discours, nulle référence à l'urbanisme, au sport ou au fleurissement. C'est que « l'enjeu de cette élection n'est pas municipal », estime la tête de liste. « Il faut profiter de ce scrutin pour se faire entendre, pour militer en faveur de l'interdiction des licenciements et une juste répartition du travail. » Et pour LO, il était inconcevable d'être absent d'une ville comme Montbard, forte d'une riche tradition ouvrière.

La candidate renvoie dos-à-dos droite et gauche, fustigeant le pacte de responsabilité présenté récemment par le président de la République : « Voter à droite, c'est vouloir le retour de Sarkozy ; voter à gauche, c'est soutenir une politique presque pire pour les travailleurs. » Quant au Parti communiste, il est accusé de soutenir le PS « pour sauver quelques postes ». D'ailleurs, Isabelle Marchal annonce d'ores et déjà qu'en cas de second tour, elle ne donnera aucune consigne de vote.