Lorient (Morbihan) :  Echos de l'Arsenal

Echo d'entreprise
05/05/2020

L’IDOLE DES JEÛNE(S)

Pour la reprise, tout semble avoir été prévu : le travail en bordée, par équipes dès 6h jusqu’à 12h et de 13h à 19h. Pour la restauration par contre, rien de prévu, il faudra manger avant ou après le boulot. Entre le lever et le retour à la maison, ça fera pas de loin 8 heures sans manger.

La direction veut-elle nous faire perdre les kilos que nous aurions pris pendant le confinement ?

LES ACQUIS, ILS SONT À NOUS

Sur le site de Lorient, la direction prévoit une reprise en 2X6, voire en 3X6 comme au hall préfabrication. Tout ça sans aucune prime d’équipe.

En fait elle profite de la situation pour rogner sur nos acquis !

ILS PARTAGENT

La participation et l’intéressement sont tombés. Ça n’a pas fait un grand plouf. Les ouvriers d’Etat ne seront pas trop éclaboussés, ils ne toucheront que l’intéressement, et encore moins les sous-traitants, qui eux sont exclus de ces versements.

Tous dans le même bateau pour le construire, mais beaucoup restent à quai le jour du partage de la godaille.

À NOUS DE CHOISIR

Avant même de savoir comment se fera la reprise, s’il y aura nécessité ou pas de faire faire des heures supplémentaires, la direction a prévu d’en faire passer le contingent de 180 à 220 heures annuelles. Elle profite encore une fois de la situation pour avoir le maximum de possibilités de nous faire travailler plus.

Alors, tout dépend de nous. Rien ne nous oblige à accepter de travailler davantage.

LE POGNON…

Naval Group prévoit le gel des embauches, l’arrêt de l’intérim et des CDD. Pourtant, même certains dirigeants de sites savent qu’ils auront besoin d’embauches pour faire face à la charge de travail. Mais pour les sphères dirigeantes, il faut faire des économies.

Ce qu’on leur propose pour en faire, c’est de rogner sur les dividendes des actionnaires, et surtout faire payer les propriétaires de Thalès et compagnie.

C’EST HYDR…IOT

Pour rentrer sur le site, le premier geste que nous demande la direction à la barrière, c’est de mettre notre badge sur le pare-brise et baisser le masque si l’on en porte un. Deuxième geste barrière nécessaire donc : avant de baisser le masque, il faut se désinfecter les mains, et recommencer avant de le remonter.

Ne serait-il pas aussi simple finalement de nous refaire la photo du badge avec un masque ?

LES CONGÉS, C’EST SACRÉ

Pour cet été, la direction voudrait planifier une partie de nos congés. Nous ne pourrions prendre que 15 jours ouvrés de vacances maximum entre le 1er juin et le 1er septembre.

Pour ceux d’entre nous qui avons pris des locations ou prévu des voyages beaucoup plus longs, on ferait comment ? Naval Group prévoit-elle de prendre en charge les acomptes ou les arrhes que nous avons déjà payés ?

Pour nous, il n’y a aucune raison de ne pas partir en vacances comme prévu, sauf en cas de mesure sanitaire bien entendu. Mais le boulot peut bien attendre, on a trop besoin de se changer les idées.