Rennes :  La situation au CHU

Echo d'entreprise
05/05/2020

UNE INCURIE CRIMINELLE

Plusieurs enquêtes et études montrent que le personnel soignant a été particulièrement touché par le covid-19. Il aurait été dix fois plus contaminé que la population en générale.

Cela n’est pas étonnant quand on sait combien il a manqué de matériel de protection dans les hôpitaux, mais aussi dans tous les secteurs de la santé.

 

PAS DE BARATIN : UN VRAI SALAIRE

Les conditions d’attribution de la « prime covid-19 » ne sont pas encore connues. Mais tout laisse à penser que le gouvernement va pinailler pour nous donner le minimum.

Pour lui, quand il s’agit d’affronter le virus, nous sommes des « héros », mais pour une réelle et conséquente augmentation de salaire, nous ne sommes plus rien !

 

PROTÉGEONS NOS CONDITIONS DE TRAVAIL

Pendant cette période covid-19, les effectifs ont parfois été renforcés dans certains services.

Dans d’autres, la baisse d’activité a permis de travailler dans des conditions normales.

Avec la reprise de l’activité habituelle, la direction voudra revenir à des ratios plus serrés. Il ne faudra pas la laisser faire.

 

UNE CONTAGION À ENCOURAGER

Nos collègues de l’hôpital de Guingamp se mobilisent contre leur direction qui leur impose de prendre des RTT ou des récupérations d’heures supplémentaires, au lieu de les mettre en absences rémunérées quand elle n’a pas besoin d’eux à cause du coronavirus.

Ils ont raison de ne pas se laisser faire. Partout les directions sont à l’offensive contre les salariés.

Il faut une épidémie de luttes, plus virulente encore que celle du covid-19.