SNCF, Bretagne :  Le lampiste et les assassins

Echo d'entreprise
12/05/2022

Neuf ans après le déraillement de Brétigny, qui avait fait sept morts et une trentaine de blessés, s’est ouvert le procès de cette catastrophe.

Elle était prévisible, vu la vétusté des voies, du réseau, et la baisse des effectifs pour contrôler leur état. Le cheminot qui fait aujourd’hui figure d’accusé avait dû vérifier seul pas moins de 8,7 kilomètres de voies et 24 aiguillages !

C’est la direction de la SNCF qui devrait être dans le box des accusés : elle est non seulement responsable de cette catastrophe, mais sa politique d’économies en prépare de nouvelles.