Bretagne

Un aveu de circonstance

Brève
17/11/2020

Interrogé sur le surcroit de malades dans les hôpitaux, le directeur de l’ARS Bretagne admet que « le manque de personnel est un peu le nerf de la guerre ».

Et le voilà qui fait appel aux retraités, aux étudiants en santé, aux médecins et infirmières libéraux pour venir en aide et aux immanquables cellules psychologiques pour aider des personnels fatigués…

Alors que le chômage explose, que le travail augmente encore du fait de l’épidémie, il faut créer des milliers de postes immédiatement.

Le contraire de ce que fait l’ARS depuis la dizaine d’années qu’elle existe.

Les dernières brèves