Bain-de-Bretagne (35)

La clinique Saint-Thomas débraye

Brève
23/06/2020

La clinique Saint-Thomas-de-Villeneuve compte 320 salariés dispersés sur trois sites à Bain-de-Bretagne (Epahd), au Sel-de-Bretagne (Epahd) et Guipry-Messac.

Plusieurs dizaines de travailleurs ont débrayé et se sont rassemblés lors de la journée de mobilisation nationale du 16 juin.

En effet, à l'Epahd, une personne est parfois seule l'après-midi, pour s'occuper de 40 patients, répartis sur deux niveaux.

Les grévistes exigent la prime Covid pour tous, des augmentations de salaire et des embauches.

Bretagne

Lactalis toujours plus vorace

Brève
23/06/2020

Lactalis, le groupe leader mondial des produits laitiers, propriété de la multimilliardaire famille Besnier, vient d'annoncer une baisse du prix du lait acheté en juin à ses producteurs, diminuant ainsi leurs rémunérations.

es producteurs de lait sont furieux mais le porte-parole de Lactalis veut "dépassionner le débat".

Assis sur leurs milliards, les dirigeants de Lactalis ne sont pas stressés...

Saint-Brieuc (22)

Le Secours populaire ne désemplit pas

Brève
23/06/2020

A Saint-Brieuc, la fréquentation du Secours Populaire a augmenté de 50% suite à la crise du Coronavirus.

Ce sont principalement des personnes qui n'ont pas pu travailler durant le confinement, beaucoup d'intérimaires mais aussi des étudiants.

Les bénévoles font le maximum pour assurer la distribution alimentaire pendant que Macron fait le maximum pour les capitalistes.

Fougères (35)

Rassemblement devant l'hôpital

Brève
23/06/2020

Le mardi 16 juin, environ 150 personnes se sont rassemblées devant l'hôpital de Fougères pour, comme dans tout le pays, exiger leur dû lors d'une heure de débrayage l'après-midi.
La CGT et la CFDT sont intervenues devant des grévistes, dont une forte proportion de jeunes, pour exiger des moyens pour l'hôpital.
Un premier rassemblement d'après confinement qui fait du bien.

 

Rennes (35)

La baudruche se dégonfle

Brève
23/06/2020

Le toit de la nouvelle gare de Rennes est constitué de coussins d'air qui lui donne la forme d'un nuage. Mais là, une partie d’entre eux se sont... affaissés.

Selon la direction SNCF, un compresseur serait en cause... Mais cela relance aussi les spéculations sur le manque d'étanchéité de l'édifice. En effet, dès qu'il pleut la gare se transforme en piscine et il faut ressortir seaux cuvettes et serpillières...

On espère que le constructeur est retombé de son nuage et paiera la note.