Rennes

Même pas mal

Brève
13/10/2014

Depuis que les économies faites sur le dos des collectivités locales sont décidées par un gouvernement socialiste, les élus de Rennes Métropole sont devenus bien philosophes.

Annonçant la baisse de 6,7 millions d'euros par an des dotations versées par l'Etat à Rennes Métropole, son vice-président aux finances assure que tout était prévu. Y compris une nouvelle hausse des impôts locaux dont « les modalités n'ont encore pas été débattues » !

Alors que le gouvernement ouvre ses caisses aux riches et aux banques, les élus locaux s'adaptent pour, eux aussi, faire payer la note aux travailleurs.

Saint Brieuc

Grève dans les cantines scolaires

Brève
10/10/2014

Depuis lundi 6 octobre 17 cantines sur les 27 que compte la ville sont fermées en raison de la grève d'une centaine d'agents municipaux qui en ont « ras-le-bol des cadences de travail infernales... de la flexibilité... On demande à tout le monde de tout faire, il faut sans cesse passer d'une mission à une autre»...

Surmenage, temps de pause insuffisants, voilà le résultat concret de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. Les agents demandent de revoir les plannings, les horaires «On ne veut plus de cette cadence infernale, les petits sont exténués...».

C'est par un communiqué que le maire (UDI) s'est dit être « conscient que parents et enfants sont victimes de la situation » et être « à l'écoute des difficultés rencontrées ». Il s'engage à faire « les ajustements nécessaires au bon fonctionnement de la vie des écoles briochines ». Sans toutefois prévoir de mettre des moyens supplémentaires car, dit-il, la ville a déjà investi un million d'euros « sans compensation de l'Etat ». Un exemple de plus des économies que le gouvernement Valls Hollande et les politiciens de tous bords réalisent sur le dos des services publics, des personnels et de la population.

Rennes

Bonimenteur

Brève
06/10/2014

C. Tavares affirme que « La Janais a une visibilité à six ou sept ans ». Une affirmation doucereuse destinée à rassurer les travailleurs inquiets des milliers de suppressions d'emplois de ces derniers mois dans le groupe PSA.

Lors de la fermeture de l'usine d'Aulnay, la direction de l'époque avait caché ses projets de fermeture. Et de toute façon, le système capitaliste est totalement imprévisible.

Alors, les bonnes paroles d'un PDG doivent nourrir une saine méfiance dans l'esprit des travailleurs et les encourager à défendre leurs propres intérêts...

Rennes

Erratum ?

Brève
06/10/2014

C. Tavares, PDG de PSA Peugeot-Citroën, avait les honneurs de la presse locale cette semaine. Son interview dans Ouest-France était précédée d'une courte introduction affirmant que l'usine de La Janais qui a vu fondre ses effectifs ces derniers mois ne connaissait pas de chômage technique.

En réalité, 600 salariés sont mis en chômage tournant chaque jour et le comité d'établissement vient d'annoncer une semaine supplémentaire de chômage par mois jusqu'à la fin de l'année.

Le journaliste n'a sans doute pas su poser les bonnes questions.

Bretagne

Gouvernement complice des licencieurs

Brève
02/10/2014

Après avoir licencié 900 personnes l'an dernier en fermant l'abattoir de Lampaul-Guimiliau dans le Finistère, la Cecab actionnaire majoritaire de Gad SAS veut se débarrasser de son usine de Josselin (755 salariés) et de deux autres plus petits sites à Lampaul (de 58 et 13 salariés)

Le richissime groupe Intermarché propose de reprendre l'usine de Josselin mais il annonce déjà la suppression de 250 emplois, 58 autres étant menacés sur le site « salé fumé » de Lampaul.

Le ministre de l'économie qui traitait les ouvriers de Lampaul d'illettrés ne fait rien contre ces grands groupes capitalistes qui font exploser le chômage pour garantir leurs profits.