Lagassé Douarnenez(29)

Les salariés n'entendent pas se laisser "saucissonner

Brève
08/12/2011

L'entreprise Lagassé Communications Industries de Douarnenez vient d'être placée en redressement judiciaire pour une durée d'observation de deux mois. L'entreprise compte 250 salariés qui fabriquent des systèmes de télécommunication sécurisés, notamment pour les forces de l'ordre.

Après avoir fabriqué des téléphones, cette entreprise issue de Matra Communications a subi depuis 25 ans de multiples saucissonnages pour se retrouver en 2005 dans le giron du groupe canadien Lagassé après sa revente par EADS qui demeure son principal client.

Les ponctions de fonds suspects par l'actionnaire unique Louis Lagassé avaient conduit les représentants au comité d'entreprise à engager une procédure d'alerte. Le tribunal de commerce a confirmé que 15 millions d'euros avaient été sortis de la trésorerie de l'entreprise au profit de filiales. Ce qui donne un aperçu bien mince de ce que peuvent trafiquer les actionnaires, car le cabinet d'expertise mandaté par le comité d'entreprise n'a pu obtenir la communication de multiples documents comptables qu'il demandait.

La veille même du jugement, le 30 novembre, ce sont 380 000 euros qui ont filés de la sorte, alors que les salariés ne se sont vus proposé qu'un demi-salaire faute de trésorerie. La réaction a été immédiate et massive : ils ont tous débrayé pour exiger la totalité de leur paye. Ce qu'ils ont fini par obtenir. Une réaction spontanée qui montre aussi qu'ils n'entendent pas se laisser "saucissonner" encore une fois par un éventuel repreneur, EADS ou autre, qui ne garantirait pas le maintien de tous les emplois.

Saint-Brieuc (22)

Quand la direction de la poste se transforme en agence de notation

Brève
02/12/2011

La direction du centre de tri postal de Saint-Brieuc Brézillet a entrepris de noter les postiers. Cette notation intervient au moment où la question des reclassements des postiers, suite à la fermeture prochaine du centre de tri (fin 2012), se pose. En effet, seule une soixantaine de postes seront proposés aux reclassement sur la plateforme de tri de Beaufeuillage, dans Saint-Brieuc, alors que les postiers sont encore plus de 140 à travailler. La direction a engagé cette notation, estimant que les mieux notés auront les premières propositions de reclassement sur la plateforme.

Les postiers ont dénoncé ces méthodes de division de la direction et ont entamé une action vendredi 25 novembre réclamant le maintien de tous les emplois et des reclassements acceptables pour tous. Ils se sont adressés à la population briochine en organisant des blocages de la circulation avec distribution de tracts. De nombreux automobilistes ont manifesté leur solidarité avec les postiers qui entendent bien se faire respecter. Ils ont jugé la direction et l'ont noté : C'est un triple zéro.

Douarnenez (29)

Les salariés de Lagassé menacés

Brève
30/11/2011

L'entreprise Lagassé Communications et Industries (LC&I), située à Douarnenez risque une mise en redressement. Cette entreprise, comptant 250 salariés (intérimaires compris), a été rachetée par Louis Lagassé en 2005 au groupe EADS.

Les travailleurs craignent aujourd'hui une revente de l'entreprise et un découpage du site qui entrainerait des suppressions d'emplois. Pourtant le site, de l'aveu même de son directeur, est « rentable ». Cela ne l'a pas empêché de prélever quelques 15 millions d'euros depuis 2005.

Les salariés de Lagassé n'ont pas à faire les frais de la rapacité des actionnaires.

Rennes (Ille-et-Vilaine)

Un patron breton élu « entrepreneur de l’année »

Brève
30/11/2011

Louis Le Duff est bien connu à Rennes où il détient la quasi-totalité des magasins de la gare. Propriétaire de « La Brioche Dorée » et des pizzerias « Dell Arte », il est à la tête d'un groupe qui compte 13 400 salariés et 1095 restaurants.

Son groupe a atteint, cette année, le milliard de chiffre d'affaires après le rachat d'une franchise aux États-Unis. La fortune personnelle de ce patron « exemplaire » était estimée en 2010 à 450 millions d'euros (85e fortune française, 4e bretonne).

Le titre « d'entrepreneur de l'année », reçu des mains du ministre Baroin, va bien avec les bas salaires qu'il distribue et les contrats à temps partiel qui sont monnaie courante.

Saint-Brieuc (22)

Connaissez-vous la « réserve parlementaire » ?

Brève
15/11/2011

C'est une cagnotte de 150 millions d'euros mise à disposition des députés et sénateurs dont ils font ce qu'ils veulent. Il paraît qu'elle leur sert à aider projets, associations, écoles... en fonction des demandes.

Plusieurs élus du département ont déclaré dans la presse les sommes perçues cette année. Elles varient de 30 000 € à 130 000 €, voire beaucoup plus... car le député UMP de Loudéac a préféré faire silence sur le sujet (des mauvaises langues parlent de plus de 260 000 €).

Bien que, disent-ils, aucune somme ne passe sur leur compte personnel, la distribution est quand même bien opaque : Comment est déterminé le montant par élu ? Qu'est-ce qui justifie la différence des sommes allouées ? Pourquoi les sommes allouées aux élus de la majorité sont bien plus importantes ? Et comment et sur quels critères la redistribution a lieu ?

Il serait grand temps de faire appliquer aux élus la même transparence qu'il faudra imposer aux banquiers et entrepreneurs si on veut que l'argent public soit utilisé au service de la collectivité.