Bretagne

L'aumône pour les uns, les millions pour les autres.

Brève
05/01/2015

Les conseils généraux de la Manche et d'Ille-et-Vilaine ont voté des chèques de 500 euros pour les salariés d'AIM qui n'avaient touché que 800 euros en décembre. En Ille-et-Vilaine, il s'agirait... d'un prêt !

Des sommes à comparer aux millions d'euros accordés à AIM depuis des années par l'Etat et les collectivités locales.

Bretagne

Un système en folie

Brève
05/01/2015

Pour justifier son dépôt de bilan, AIM invoque des problèmes de trésorerie car « Après la crise financière de 2008, le crédit bancaire s'est tari ». Le groupe serait donc pris à la gorge entre les banques d'un côté et la grande distribution de l'autre.

Les trusts se font la guerre mais ce sont les ouvriers à qui ils voudraient faire payer la note.

Ille et Vilaine

Michelin ferme son site de Chateaubourg en 2016.

Brève
01/01/2015

Le fabricant de pneumatiques annonce la fermeture de sa plateforme logistique de Chateaubourg qui compte 15 salariés.

La faute à la crise ? Même pas puisque, selon Ouest-France, « l'activité n'est pas en crise mais est obligée... de se restructurer » !

C'est ainsi qu'un trust richissime dont les bénéfices ont été de 624 millions d'euros au premier semestre 2014 (en hausse de 23% ) contribue à supprimer des emplois et à faire exploser le chômage.

Ille et Vilaine

Le 115 explose.

Brève
01/01/2015

« Toutes nos lignes sont occupées. Veuillez renouveler votre appel » indiquait le répondeur du 115 saturé par l'afflux de demandes d'hébergement d'urgence liées au froid le 30 décembre.

Le responsable départemental affirmait même : « Sur 100 appels, nous sommes obligés de dire que nous n'avons pas de solution d'hébergement à près de 60 personnes ».

L'un des pays les plus riches du monde laisse ainsi mourir les pauvres dans les rues.

Rennes

APPÉRÉ montre l'exemple à Macron

Brève
01/01/2015

Alors que la loi Macron va entrer en débat à l'Assemblée Nationale, Nathalie Appéré, députée-maire socialiste de Rennes, lui emboite déjà le pas.

Prétextant des difficultés rencontrées par les commerçants du centre-ville et suite à une demande de conseillers municipaux de droite, elle a autorisé l'ouverture des magasins le dimanche 14 décembre en plus de celui du 21 décembre.

En revanche, les difficultés des travailleurs du commerce obligés de venir travailler le dimanche ne semblent guère préoccuper le maire.