Rennes (Ille-et-Vilaine)

Un patron breton élu « entrepreneur de l’année »

Brève
30/11/2011

Louis Le Duff est bien connu à Rennes où il détient la quasi-totalité des magasins de la gare. Propriétaire de « La Brioche Dorée » et des pizzerias « Dell Arte », il est à la tête d'un groupe qui compte 13 400 salariés et 1095 restaurants.

Son groupe a atteint, cette année, le milliard de chiffre d'affaires après le rachat d'une franchise aux États-Unis. La fortune personnelle de ce patron « exemplaire » était estimée en 2010 à 450 millions d'euros (85e fortune française, 4e bretonne).

Le titre « d'entrepreneur de l'année », reçu des mains du ministre Baroin, va bien avec les bas salaires qu'il distribue et les contrats à temps partiel qui sont monnaie courante.

Saint-Brieuc (22)

Connaissez-vous la « réserve parlementaire » ?

Brève
15/11/2011

C'est une cagnotte de 150 millions d'euros mise à disposition des députés et sénateurs dont ils font ce qu'ils veulent. Il paraît qu'elle leur sert à aider projets, associations, écoles... en fonction des demandes.

Plusieurs élus du département ont déclaré dans la presse les sommes perçues cette année. Elles varient de 30 000 € à 130 000 €, voire beaucoup plus... car le député UMP de Loudéac a préféré faire silence sur le sujet (des mauvaises langues parlent de plus de 260 000 €).

Bien que, disent-ils, aucune somme ne passe sur leur compte personnel, la distribution est quand même bien opaque : Comment est déterminé le montant par élu ? Qu'est-ce qui justifie la différence des sommes allouées ? Pourquoi les sommes allouées aux élus de la majorité sont bien plus importantes ? Et comment et sur quels critères la redistribution a lieu ?

Il serait grand temps de faire appliquer aux élus la même transparence qu'il faudra imposer aux banquiers et entrepreneurs si on veut que l'argent public soit utilisé au service de la collectivité.

Saint-Médard-sur-Ille (35)

Catastrophe programmée

Brève
17/10/2011

Le choc entre un train et un camion au passage à niveau de St Médard-sur-Ille a provoqué la mort de deux personnes et fait des dizaines de blessés.

Suite à un accident similaire au même endroit en 2007, un rapport concluait à la dangerosité particulière de ce passage à niveau. Depuis rien ou presque n'a été fait pour son aménagement alors que des centaines de camions le franchissent tous les jours.

Le maire exprime bien le sentiment partagé par de nombreux usagers, d'habitants de St Médard-sur-Ille et de cheminots quand il dit : « si rien n'est fait, il y en aura d'autres ». Mais, plutôt que de faire les travaux qui sécuriseraient ce passage à niveau, les autorités concernées ont choisi de faire des économies qui s'avèrent aujourd'hui criminelles.

St Brieuc (22)

Grève pour les salaires au Crédit Mutuel de Bretagne

Brève
08/10/2011

Depuis plus d'une semaine les employés du Crédit Mutuel Arkéa sont en grève pour une augmentation de salaire de 150 €, et de nombreuses agences sont fermées dans les quatre départements bretons. La direction s'abrite dernière l'origine mutualiste de la banque pour refuser d'augmenter les salaires des employés. Mais cela ne l'a pas empêché d'augmenter les salaires des cadres dirigeants de 30 % entre 2009 et 2010, et pour les six plus hauts responsables, la dernière augmentation a même été de 79% !

Et cela ne suffisant pas, la direction de la banque vient de créer une Société des Cadres Dirigeants (SCD) qui permettrait à plus d'une centaine de hauts cadres de s'octroyer discrètement de substantielles hausses de rémunérations et autres avantages.

Alors, les grévistes n'entendent pas se contenter des miettes proposées et ils ont mille fois raison de ne pas s'en laisser compter.

Saint-Brieuc (22)

Rentrée réussie ?

Brève
19/09/2011

Malgré l'autosatisfaction du ministre de l'Éducation, il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que les problèmes surviennent dans les établissements scolaires. Dans l'agglomération de Saint-Brieuc, les parents commencent à se mobiliser contre le manque d'instituteurs, les classes supprimées, les heures non assurées... suppression de l'italien en seconde ici, suppression du russe en sixième là...

Et au collège de Plérin, commune limitrophe de Saint-Brieuc, faute paraît-il de trouver un professeur de français, une animatrice culturelle a été recrutée... et a démissionné au bout de quelques jours.

Car maintenant « il suffit d'avoir une licence dans n'importe quel domaine et d'être demandeur d'emploi pour être recruté comme prof ».

Dans le temps à l'armée : « qui c'est qui parle anglais ?... Vous balayerez la cour ! »