Saint-Nolff (56)

Interdiction des licenciements !

Brève
10/07/2019

Les salariés du siège social de Neovia à Saint-Nolff dans le Morbihan ont débrayé mercredi 3 juillet.

Quatre mois après leur rachat par le groupe ADM (Archer Daniels Midland) pour 1,5 milliards de dollars, ils subissent un plan de 127 suppressions d’emplois.

Pourtant les bénéfices de Neovia ont été de 106 millions d’euros en 2018 et le groupe auquel il appartenait (In Vivo) a été largement soutenu par des fonds publics.

Les trusts en veulent toujours plus.

Ille-et-Vilaine

Un président plein de venin

Brève
10/07/2019

 

Interrogé sur le mouvement de grève des sapeurs-pompiers, le président du Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine a insinué que le nombre de jours de travail des pompiers étaient de 94 par an. En vérité, il s’agit de 94 jours de garde de 24h.

Il est un habitué du mépris contre ses propres salariés qui, selon lui, ne travailleraient pas assez.

Rennes (35)

Des embauches

Brève
10/07/2019

Jeudi 2 juillet, 90% des 70 agents des personnels chargés de l’informatique à la ville de Rennes se sont mis en grève.

Ils réclament des embauches et des augmentations de leur rémunération. Ils dénoncent aussi des locaux trop exigus

Le service informatique serait moderne mais les conditions de travail, elles, sont d’un autre âge…

Rennes (35)

Des places pour les enfants autistes

Brève
10/07/2019

Sacha est un enfant autiste de 13 ans qui ne bénéficie plus d’aucun accueil spécifique depuis ses 12 ans : pour une place en IME, l’attente peut aller jusqu’à 5 ans.

Romuald, son père, a alors recueilli le soutien de ses collègues cheminots qui lui ont donné l’équivalent d’une année de jours de congé (le patron lui n’a rien donné…). Il a pu alors s’occuper de son fils mais ce congé cesse dans un mois.

Si les travailleurs savent ce que le mot solidarité signifie, ce n’est pas le cas de l’Etat qui abandonne ces enfants et leurs familles.

Bretagne

Le scandale des pénuries pharmaceutiques

Brève
10/07/2019

Interviewé le 24 juin, Michel Bellin, un retraité de Morlaix, n’avait eu aucun traitement contre son cancer de la vessie depuis début mai soit presque deux mois !

En cause, une rupture de stocks du médicament dont il doit subir une injection mensuelle : l’amétycine.

Ce fléau dure depuis des mois et touche maintenant de nombreux médicaments : la plupart coûtent peu chers et ne sont donc pas rentables pour les trusts pharmaceutiques qui n’ont pas de stocks car cela leur coûte de l’argent.

Il faut réquisitionner sans indemnité ces trusts qui gagnent des milliards sur le dos de la santé des malades.