Bretagne

Les salaires les plus faibles du pays

Brève
29/11/2019

A métier égal, la fiche de paye moyenne en Bretagne est la plus basse de France autour de 1596 euros bruts par mois. C’est le secteur de l’industrie qui propose le salaire le plus bas.

De Bolloré à Besnier en passant par Pinault ou Roullier, la Région compte pourtant des fortunes colossales. Ceci explique sans doute cela.

Bretagne

Bruit de bouche

Brève
29/11/2019

Pour justifier le maintien des trains sans contrôleurs, des cadres de la SNCF font entendre ici et là aux cheminots que : « les contrôleurs à bord des trains, ça ne sert à rien ! ».

Il y a des cadres qui n’ont pas besoin de monter à bord des trains pour brasser de l’air.

Rennes (35)

Un cœur en or

Brève
29/11/2019

Le PDG de Technicolor vient d’être remercié et a indiqué aux travailleurs du groupe qu’il quittait l’entreprise le « cœur lourd ».

Ce qui est certain c’est qu’il part lourd des millions d’euros que l’entreprise lui a versés depuis 2008.

Ce qui n’est pas le cas des milliers de travailleurs qu’il a contribué à mettre dehors au cours de ces dix dernières années.

Morbihan

Guerre et Paix

Brève
29/11/2019

Des militants de la CGT du Morbihan ont rappelé, à l’occasion de la mort de 13 soldats français au Mali, que ce pays est dominé par le colonialisme français. Même la CGT du département a cru bon de s’en démarquer.

Aujourd’hui, les troupes françaises, installées depuis des lustres en Afrique, sont présentées comme des soldats de la paix, des armes contre le terrorisme.

Pour paraphraser Anatole France, on croit mourir pour la paix, on meurt pour les capitalistes !

Saint-Brieuc (22)

Entretien des routes : ça dérape !

Brève
27/11/2019

Le personnel chargé du salage des routes a manifesté au Conseil départemental pour protester contre la remise en cause de l’organisation de leur entretien. Ils protestent, entre autre, contre la mise en place de la conduite des saleuses à un seul agent au lieu de deux, la modification des horaires et la baisse des effectifs ainsi que la diminution du nombre de routes entretenues.

Le président du Conseil départemental prétend que la dégradation du service n’est pas avérée. Mais c’est pourtant le personnel chargé des routes et les automobilistes qui risquent bien de faire les frais de cette réforme.