Vannes (Morbihan) :  Patrice Crunil pour Lutte Ouvrière

Article de presse
16/05/2017

Patrice Crunil, 63 ans, portera les couleurs de Lutte ouvrière dans la première circonscription. |

Cet Hennebontais, retraité fraiseur dans la métallurgie, entend défendre la classe ouvrière. Qu'il estime malmenée.

Lutte ouvrière aura un candidat dans la première circonscription du Morbihan. Il s'agit de Patrice Crunil, 63ans, fraiseur dans la métallurgie en région parisienne, retraité depuis quatre ans à Hennebont.

Un candidat originaire de Courbevoie qui a l'habitude des campagnes électorales puisque, depuis 1978, il a défendu les idées du parti de Nathalie Arthaud lors des échéances européennes, régionales, législatives, municipales en Ile-de-France où il a effectué toute sa carrière professionnelle.

Élu au conseil municipal d'Argenteuil durant un temps, il aura pour suppléante Nathalie Le Helloco, 48ans, professeur au lycée Victor-Hugo, à Hennebont.

Patrice Crunil, adhérent de Lutte ouvrière, entend « s'adresser à la classe ouvrière. Tout le monde prétend parler en son nom mais c'est facile de parler des classes populaires quand on n'a jamais vécu dedans. Moi, je me suis levé à 5 heures pour travailler en équipe et j'ai gagné mon salaire... »

Pour Lutte ouvrière, il est aujourd'hui important de se mobiliser alors que « l'on s'attaque au Code du travail, aux indemnités de licenciements qui seront plafonnées... » Patrice Crunil fustige l'idée « de droit à l'oubli pour les cotisations Urssaf que l'entreprise ne paierait pas. Nous, en tant que salariés, on doit payer nos impôts, on ne peut pas oublier de le faire. »

Patrice Crunil pointe également du doigt les conditions de travail des salariés « qui se dégradent. Ainsi, chez Michelin, il n'y a pas de licenciement, au détriment de la productivité, des conditions de travail, de vie de famille. Il y a de plus en plus d'efforts de la part de salariés qui veulent garder leur emploi, mais c'est toujours dans le même sens que cela se fait. Au final, on a des gens exténués, qui souffrent de troubles musculosquelettiques. Mais rien pour l'emploi, rien pour les jeunes... »

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Ouest-France Vannes