À Ploufragan, Martial Collet candidat Lutte ouvrière aux élections municipales

Article de presse
28/01/2020

Martial Collet est candidat à ce qui sera sa troisième campagne aux élections municipales à Ploufragan, après 2008 et 2014. (Le Télégramme/Lionel Samson)

Martial Collet est candidat à ce qui sera sa troisième campagne aux élections municipales à Ploufragan, après 2008 et 2014. (Le Télégramme/Lionel Samson)

Fidèle militant de Lutte ouvrière depuis 1976, Martial Collet, 60 ans, est à nouveau candidat aux élections municipales à Ploufragan. En 2014, il avait été crédité de 9,61 % des suffrages.

« J’ai toujours été révolté par la société et son fonctionnement ; j’ai donc été très tôt attiré par les idées communistes ». Retraité depuis un mois, cet ancien ouvrier de Chaffoteaux a fait de son engagement politique un sacerdoce. Militant de Lutte ouvrière depuis 1976, mais également syndicaliste à Force ouvrière, Martial Collet a été de toutes les luttes sociales, notamment pour Chaffoteaux, et de beaucoup de campagnes électorales. Sa première candidature date des élections européennes et législatives en 1986, son premier mandat d’élu de 1998 au conseil régional et sa première candidature à l’élection municipale à Ploufragan de 2008. « J’avais obtenu 5,98 % des voix et été élu conseiller municipal », confie Martial Collet. Six ans plus tard, il est réélu au conseil municipal et obtient cette fois un score de 9,61 %.

Depuis douze ans dans l’opposition municipale

Depuis douze ans, le militant de Lutte ouvrière est considéré comme étant dans l’opposition de gauche à la majorité de la gauche plurielle. Pour ces élections, les choses sont claires : « Je ne ferai pas campagne sur la critique de la gestion municipale ; elle a respecté son programme malgré un budget très encadré ». Et le discours n’a guère changé de l’époque où il s’est engagé en politique. « Ce que nous voulons, c’est faire entendre le camp des travailleurs et cette colère sociale dans les urnes ». Et au-delà du simple programme pour la ville de Ploufragan, Martial Collet veut mettre la municipalité au service des travailleurs. « Notre programme municipal ne sera pas un catalogue de propositions, mais une orientation politique », confirme-t-il. Par exemple, dans le mouvement de lutte contre la réforme des retraites, il souhaite soutenir les grévistes en leur mettant à disposition des locaux. « Notre rôle est de dénoncer le pouvoir de la finance en faisant de Lutte ouvrière le camp des travailleurs », conclut le candidat déclaré du parti d’extrême gauche.