Auray Ouest-France :  Annick Coatéval : « Pour les travailleurs » - Auray

Article de presse
21/05/2012

Annick Coatéval se présente sous l'étiquette Lutte ouvrière. C'est sa seconde participation à des élections.

Profil

1946. Naissance à Rueil-Malmaison.

1972. Quitte le parti communiste.

1993. Intègre le parti de Lutte ouvrière.

Annick Coatéval a grandi en Région parisienne. « Entre un père militant communiste et une mère plutôt engagée sur le front du Secours catholique. Comme dans beaucoup de famille d'après-guerre, mes parents hésitaient. » Annick Coatéval prépare le concours de l'école normale et milite au Parti communiste. Quand elle devient institutrice, elle continue. « J'ai quitté le parti en 1972, au moment de la signature du programme commun, je n'étais pas d'accord. »

Entre-temps, Annick Coatéval est devenue maître de conférence à l'université de Rennes 2. Jusqu'au début des années 90, elle laisse de côté son engagement et franchit le pas en 1993. « Je me suis rapprochée de Lutte ouvrière. J'avais et j'ai encore le sentiment que c'est la seule organisation politique qui défend vraiment les travailleurs. » Sans vraiment militer, « je suis une sympathisante avant tout. »

A l'heure de la retraite, l'enseignante décide un retour aux sources. « Mes parents d'origine bretonne avaient fui les bombardements. Ils avaient dû quitter la Bretagne pour la région parisienne. » Après avoir passé sa vie professionnelle à Rennes, Annick Coatéval a choisi Riantec. « J'y suis depuis cinq ans. Je m'investis beaucoup bénévolement. Je fais de la lecture pour des personnes âgées à la bibliothèque. »

Delphine LANDAY.