Sain Brieuc :  Municipales : "Faire entendre le camp des travailleurs"

Article de presse
12/03/2014

Alain Le Fol et Marie-Pierre Menguy, candidats de Lutte ouvrière, ne défendent pas des « programmes municipaux », mais veulent faire entendre la voix des travailleurs au conseil municipal.

Entretien

Les candidats de Lutte ouvrière ne participeront pas à cette campagne pour y défendre des « programmes municipaux », peut-on lire dans votre tract...

Nous savons que les municipales sont avant tout des élections locales. Mais l'enjeu politique est en réalité national. Chômage, insuffisance des salaires, licenciements, baisse du pouvoir d'achat, mal logement... Saint-Brieuc n'échappe pas à cette augmentation de la précarité. Bien au contraire.

Pour rappel, elle est l'une des villes les plus pauvres de Bretagne avec un taux de chômage qui dépasse les 15 %. Les Briochins, comme les autres, subissent les attaques et les méfaits de la politique du gouvernement précédent et de l'actuel. Ces maux dont souffre la population laborieuse ne sont pas dus à une gestion municipale. Servons-nous du bulletin de vote pour exprimer vers quelle société nous voulons aller.

Nos revendications ? Interdire les licenciements, répartir le travail entre tous, sauvegarder le pouvoir d'achat des classes populaires en augmentant les salaires, les pensions, les allocations...

Mais plus localement, quelles sont vont priorités ?

Le logement. Nous avions déjà évoqué ce point lors des précédentes municipales. En 2010, on dénombrait encore trop de logements vides à Saint-Brieuc. Il y a pourtant une loi qui permet de les réquisitionner. On sait tous qu'il y a des centaines de familles mal logées à Saint-Brieuc.

La mixité sociale. Un des bâtiments de l'ancienne caserne Charner a été vendu 650 000 €, un prix d'ami, à un promoteur qui va se faire de l'argent, ça nous choque ! Il y avait pourtant un fabuleux potentiel pour transformer cette bâtisse en logements sociaux en plein centre-ville.

L'accès à la culture. Les Maisons des jeunes et de la culture (MJC) sont indispensables dans les quartiers. Celle du Plateau fonctionne bien. Mais, vieillissante et exiguë, la structure actuelle ne suffit plus. Quant aux Villages, si le maintien de la Citrouille dans ce quartier est une bonne idée, il est par contre très dommage qu'une MJC n'existe plus.

Qu'est-ce qui vous différencie des autres candidats à gauche de la gauche pour ces municipales ?

Chacun mène sa campagne comme on dit. On n'a pas d'opposition avec ces candidats, mais on ne dit pas du tout la même chose. Je suis effaré du catalogue de mesures locales que tous ont, y compris les listes à gauche de la gauche. Alors que les problèmes qui touchent la population sont les problèmes généraux. Nous militons pour défendre les travailleurs. Et cela toute l'année. On ne voit pas pourquoi on mettrait ces idées dans notre poche au moment des municipales.

Véronique CONSTANCE.