Bourges (Cher)

CAF en surchauffe : ça déborde

Brève
10/04/2019

Mardi 9 avril, une partie du personnel de la Caisse d’allocations familiales du Cher a répondu à l’appel au débrayage de la CGT pour protester contre la baisse des effectifs et le surcroît de travail dû aux changements incessants des allocations, et contre l’insuffisance des salaires.

Cela fait des années que le personnel est astreint à des heures supplémentaires et la prime d’activité - à laquelle un certain nombre d’agents de la CAF eux-mêmes ont droit vu la faiblesse des salaires - n’a rien arrangé. Tous le disent : « On n’en peut plus ».

La prime exceptionnelle, due au mouvement des gilets jaunes, d’à peine 200 euros, ne sera même pas donnée à tout le monde, ce que revendiquent les salariés qui la chiffrent à 1000 euros.

La direction, qui assure qu’ils ont déjà la chance d’avoir un métier qui a du sens et en plus un salaire, oppose un refus tout net et déclare qu’il « est dangereux d’opposer les salariés » !

Un comble, alors que cette prime, requalifiée « prime de la honte », ne sera perçue que par les 30 % d’agents qui ont les plus bas salaires.

Comme une gréviste l’a dit : « Quand on combat, on n’est pas sûr de gagner, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu ».

Alors rendez-vous a été pris pour après les vacances.