TOURS

Contre l’expulsion des migrants, la colère se fait entendre

Brève
04/11/2018

La manifestation rue Nationale à Tours samedi 3 novembre

Vendredi 2 Novembre, vers 17 h, une trentaine de policiers en tenue de combat sont intervenus à Tours… pour déloger 40 migrants, dont un grand nombre de mineurs isolés et un bébé,  qui s’abritaient depuis deux jours dans les locaux désaffectés et inoccupés du Clous (Oeuvres universitaires), après avoir passé des semaines dans des tentes de fortune.

Les militants qui organisent l’accueil des migrants n’ont pu qu’assister la rage au cœur à ce spectacle révoltant. Mais dès le lendemain dans les rues de Tours, à près de deux cents dont bon  nombre des personnes concernées par l’expulsion, ils ont fait entendre leur colère et leur révolte. Derrière une banderole « Un toit pour tous ! Réquisition ! », les manifestants ont fait plusieurs arrêts, ponctués de prises de parole pour s’adresser à la foule nombreuse des passants. Un jeune migrant très révolté a dénoncé le capitalisme qui pille les pays africains - « des pays riches pourtant » - disait-il, dénonçant aussi  le soutien de la France aux dictatures.