Transports de l'Agglomération d'Orléans (Loiret) :  Une reprise qui ne règle rien

Echo d'entreprise
14/05/2020

La reprise de 70 % du trafic de la TAO (gérée par Keolis) s’accompagne de menaces et d’avertissements à l’encontre des travailleurs : sanction en cas de port de masques en tissus en lieu et place des masques fournis, et mise dans l’illégalité de ceux qui useraient de leur droit de retrait. Sacrée hypocrisie, quand on sait qu'en mars la direction limitait voire refusait la distribution de masques.

Aucune distribution gratuite de masques n’est prévue en direction des usagers par la direction. Celle-ci fait reposer le respect du port du masque sur les seuls salariés et sans aucun moyen supplémentaire.

La TAO a mis un terme à la gratuité appliquée pendant la durée du confinement, alors que face à une affluence croissante, c'est encore plus nécessaire. Du coup, au prétexte de validation des titres de transport par les usagers, elle rend de nouveau obligatoire la montée par l'avant. La direction favorise ainsi la promiscuité entre voyageurs et chauffeurs, sans parler des contrôleurs qu'elle trépigne de remettre au travail.

Elle ne s’est pas souciée d’équiper les personnels de kits d'urgence afin qu’ils puissent porter assistance à des passagers qui se sentiraient mal. Elle n’a pas prévu non plus de panier-repas pour ceux qui ont repris des tournées avec coupure, alors que le restaurant d’entreprise est fermé, et qu’il est bien difficile d’utiliser les tickets restaurant dans la période.

Alors pour imposer des conditions de travail qui ne menacent pas leur santé et celle des usagers, les travailleurs ne peuvent compter que sur leur vigilance et leur action collective.