4ème circonscription du Loiret :  Après les élections législatives partielles du 18 mars

Communiqué
19/03/2018

Dans cette élection, alors que l’abstention a été importante en particulier dans les quartiers populaires, le vote en faveur d’une candidate ouvrière s’est maintenu. 349 électeurs ont fait le choix de ne pas se taire, d’exprimer leur écœurement et leur révolte en votant pour le camp des travailleurs.

Nous remercions toutes celles et ceux qui en votant pour nous ont fait un geste de conscience et de dignité ouvrière. Ce vote exprime qu’il existe un courant minoritaire mais permanent de travailleurs qui ne se résignent pas et s’apprêtent à se défendre contre toutes les attaques du grand patronat et de leurs serviteurs zélés, Macron et son gouvernement.

Il n’y a rien à attendre du deuxième tour où le camp des travailleurs ne sera plus représenté. Restent en lice, deux politiciens défenseurs de l’exploitation capitaliste, favorables et complices de toutes les attaques subies par le monde du travail depuis des décennies, et dont les partis sont responsables de la pauvreté grandissante. Le score de la candidate de La république en marche s’est effondré, passant de 10 215 à 4 405 voix, soit une baisse de 5 810 voix. C’est un désaveu cinglant de la politique de Macron.

Jeudi 15 mars, c’est dans la rue que des dizaines de milliers de retraités ont dénoncé la hausse de la CSG et l’arrogance de Macron. Les employés des Ehpad étaient en tête de leur cortège pour dénoncer le manque de personnel et des conditions de travail inhumaines qui ne leur permettent pas de s’occuper dignement des personnes âgées dont ils ont la charge. Ce gouvernement se moque des retraités, son seul souci est d’obéir aux exigences des riches dont il a supprimé l’impôt sur la fortune, d’arroser de cadeaux et de subventions les patrons petits et grands. Il se moque que cet argent manque dans les hôpitaux, écoles, transports… et fait le choix de supprimer 120 000 postes dans les services publics utiles à la population.

Le gouvernement a choisi d’engager un bras de fer avec les cheminots, travailleurs réputés combatifs. Il veut bloquer leurs salaires, les précariser davantage et les licencier comme il le veut. Les cheminots ont raison de ne pas se laisser faire. La riposte qui se prépare jeudi 22 mars, où cheminots et fonctionnaires sont appelés à manifester, doit être celle de tous les travailleurs, ceux du public, comme ceux du privé, les chômeurs et les retraités. Nous devons relever la tête. Le passé est là pour rappeler que c’est lors de luttes amples et puissantes, comme celles de juin 36 ou mai 68, que la condition des travailleurs a progressé génération après génération.

Ceux qui ont voté Lutte ouvrière dimanche 18 mars, ont levé un drapeau, celui de la lutte et de la conscience. Alors que la bourgeoisie dispose d’une foule de partis prêts à la servir, il est indispensable de reconstruire un parti communiste et révolutionnaire où chaque travailleur conscient quel que soit son sexe, son âge, son statut, son origine ou sa nationalité est considérée comme une force supplémentaire indispensable.

Dominique CLERGUE et Anne-Marie FOURNIOLS

La candidate de Lutte ouvrière, Dominique Clergue, a obtenu 1,6 % soit 349 voix (contre 0,96 % soit 343 voix).

Fichier attachéTaille
PDF icon legislative_partielle_4e_loiret_18_mars_2018.pdf8.96 Ko