Lutte ouvrière :  Haro sur la politique Macron et le capitalisme

Article de presse
15/10/2018

A peine Farida Megdoud, porte-parole régionale de Lutte ouvrière entame-t-elle son intervention face aux militants qu'elle fustige la politique gouvernementale.

Samedi, à l'occasion de la fête de Lutte ouvrière (LO) ouverte à Fleury-les-Aubrais, la porte-parole régionale distille de récentes petites phrases d'Emmanuel Macron.

Des propos qui, à ses yeux, traduisent "le mépris et l'arrogance d'une classe sociale dominante à qui tout serait dû, la bourgeoisie". Et elle cite le propos présidentiel, comme le "pognon de dingue mis dans les minima sociaux", l'invitation à "ne pas se plaindre" à l'adresse de la retraitée évoquant sa petite pension. Etc, etc.

Parasites du travail humain...

Considérant que "Macron sert la classe capitaliste avec le même zèle que ses prédécesseurs Hollande et Sarkozy", Farida Megdoud rappelle que lors de la crise de 2008, les gouvernements, aux Etats-Unis comme en France, ont eu recours aux banques pour renflouer... les banques ! "Ces masses d'argent ont fait gonfler la dette publique dans des proportions jamais vues. Alors ceux qui coûtent un pognon de dingue, ceux qui vivent en parasites du travail humain,, ceux qui pillent des caisses publiques, ce sont bien ces capitalistes", assène la leader de LO.

Tout au long d'une journée festive, près de 250 militants et sympathisants se sont attardés aux multiples animations, dont une expo et vidéo consacrées à Mai 68, avec les souvenirs poignants de militants de Billancourt et d'ailleurs, vantant la détermination et la fraternité des grévistes de l'époque...

La République du Centre, lundi 15 octobre 2018