Loir-et-Cher

Selles-sur-Cher : collège mobilisé

Brève
26/11/2020

Au collège Les Pressigny, à Selles-sur-Cher, une vingtaine d'enseignants et leurs collègues, notamment ceux de la Vie Scolaire, se sont mobilisés les 16 et 18 novembre pour réclamer des postes supplémentaires de surveillants et d'agents d'entretien et de cuisine, qui font défaut en cette période de crise sanitaire. En effet, le protocole sanitaire renforcé n'est pas accompagné de moyens humains renforcés.

Il en faudra sans doute davantage pour que les agents et les surveillants soient recrutés en nombre satisfaisant, mais après deux jours de fermeture du collège, au moins le département a-t-il mis à disposition trois agents remplaçants et un traiteur. Mardi 24 novembre, les enseignants ont rappelé leur exigence de postes supplémentaires en adressant une motion au conseil d'administration.

Fret SNCF Région Centre

Ils font du blé avec la peau des cheminots !

Brève
26/11/2020

Fret SNCF Nord Atlantique annonçait fin octobre dernier la suppression de 82 postes dont 30 agents de conduite, 9 agents au sol à St Pierre des Corps, autant à Vierzon et 5 aux Aubrais.

Quasiment à la même date, dans sa communication interne, Fret SNCF se vante d'avoir regagné pour trois ans le contrat SICA (principal client de la zone avec 500 à 700 trains de céréales vers La Rochelle) ! Et ils comptent bien faire ces trains en surexploitant au maximum les cheminots qui restent !

Gouvernement et direction SNCF nous saoulent d'annonces publiques sur la "reconquête du fret ferrovaire". Mais quand subventions il y a, elles servent à augmenter la rentabilité et à supprimer des emplois ! Vivement un coup de colère général pour qu'ils ne l'emportent pas au paradis des profits !

Indre-et-Loire

L’État paye et Reorev licencie

Brève
24/11/2020

            Le groupe Reorev, avec ses filiales Rajav et SEF Touraine installées à Nazelles-Négron, va percevoir une subvention de 873 000 €, distribuée au nom du plan de relance de l’aéronautique. Cet argent est destiné à moderniser la production en y introduisant plus de numérique et de robotique.

            Reorev est une entreprise de génie mécanique qui produit des pièces technologiques pour l’aéronautique et l’automobile. Avec plus de 200 salariés, elle est en pleine expansion. Ainsi son chiffre d’affaire a bondit de 15 à 28 millions d’euros en 4 ans. Ambitieux, les patrons du groupe se donnent comme « Cap 2021 » une croissance rapide permettant d’atteindre 45 millions de CA. La subvention les y aidera largement.

            Mais Reorev subit actuellement une baisse de chiffre d’affaire consécutive à la dégradation du marché de l’aéronautique, et cela lui sert de prétexte pour licencier 20 personnes, dont 11 travailleurs précaires en CDD et intérim.

            L’argent public est une manne dont les patrons de Reorev ne font pas que rêver, il leur est distribué gracieusement, sans contrepartie. Il ne servira même pas à maintenir les emplois

Amboise (Indre-et-Loire)

Mécachrome : pour le patron c’est tout bénéf

Brève
23/11/2020

            Chez Mécachrome dont le siège social est situé à Amboise, des syndicats (FO, CFTC) viennent de signer un accord avec la direction pour que celle-ci puisse mettre en place l’APLD (activité partielle de longue durée) impliquant une aide de l’État conditionnée à quelques « engagements en matière de maintien des emplois ».

            En septembre dernier, Mécachrome avait annoncé un plan de suppression d’emplois concernant 108 postes sur le seul site d’Amboise et plus de 300 en tout.

            Le gouvernement distribue de l’argent aux patrons sans être aucunement exigeant. Ainsi il y aurait moins d’emplois supprimés que ce que la direction avait annoncé il y a deux mois, mais il y en aurait quand même des dizaines !         

            Les syndicats signataires justifient leur signature par le maintien de quelques dizaines d’emplois -« au moins une cinquantaine » d’après la CFTC-  tandis que non seulement des dizaines d’autres seront supprimés mais que 508 travailleurs sur 971 au total - d’après le délégué FO-  subiront une perte de salaire en étant mis en activité partielle de longue durée.

            Et le patron de Mécachrome percevra pour ces 508 emplois une aide financière correspondant à une grande partie de l’indemnité versée aux salariés pour des heures chômées payée 70 % du salaire horaire.

            Faire payer les salaires réduits des travailleurs par l’Etat, plutôt que par le patronat, c’est une « solution » qui convient parfaitement au patron et qui n’empêchera même pas Mécachrome de licencier.

Tours

AU FEU LES POMPIERS

Brève
18/11/2020

Les pompiers hospitaliers de Tours sont en grève depuis deux mois. Ils sont soixante sur les sites hospitaliers, entre Trousseau et Bretonneau et répondent de la mise en sécurité des bâtiments. Ils sont appelés régulièrement pour des feux, des fuites, des pannes électriques, des malades agressifs afin de renforcer l'équipe de sûreté trop peu nombreuse. Il leur arrive même de courir après des malades psychiatriques en fuite... bref ils sont multitâches.

Jour et nuit sur le pont, ils veulent une meilleure reconnaissance et demandent deux cents euros d'augmentation.

La direction reste sourde mais eux ils tiennent bon.