Groupe Korian (Eure-et-Loir)

Pour des rémunérations et des conditions de travail correctes

Brève
20/10/2020

Des salariés des maisons de retraite La Roseraie, à Dreux et Villa Evora, à Chartres, appartenant au groupe Korian, se sont mis en grève le vendredi 16 octobre. Ils répondaient à un appel national pour l'ensemble des maisons de retraite du groupe Korian.

Ils protestent contre le fait que certains d'entre eux n'ont pas touché la prime Covid mais ils demandent également des hausses réelles de salaire. Ils dénoncent aussi le manque de personnel et la dégradation des conditions de travail. Toutes ces revendications sont celles que porte l'ensemble des personnels de santé depuis longtemps et montrent à quel point les discussions autour du Ségur de la santé n'étaient que du vent.

La lutte pour une santé de qualité et le respect du personnel soignant continue.

Décès d'une étudiante de Tours : l'incurie de l'université ne passe pas

Brève
19/10/2020

Environ 70 étudiants de l'université de Tours se sont rassemblés ce vendredi 16 octobre pour protester contre le manque de matériel médical sur les différents sites de la fac. Leur mobilisation fait suite au décès, deux jours auparavant, d'une étudiante qui avait été victime d'un malaise cardiaque sur le site universitaire de Fromont.

Il a fallu compter sur la formation en secourisme des témoins et sur leur bonne volonté, car à Fromont, il n'y avait pas de défibrillateur, les secouristes ont eu des difficultés à accéder au site, l'ascenseur est trop petit pour accueillir un brancard... Un défibrillateur a finalement été installé le lendemain du drame, mais cela ne règlera pas le problème de la vétusté des locaux universitaires à Tours.

Alors les étudiants et les personnels de l'université qui se sont joints à eux ont mille fois raison d'exprimer leur colère et d'exiger que les choses changent, car l'Etat, par l'intermédiaire de l'université, se refuse à mettre les moyens humains et financiers pour assurer la sécurité des étudiants et des personnels.

Orléans (Loiret)

Dimanche 11 octobre, un rassemblement Lutte ouvrière réussi

Brève
13/10/2020

Dimanche 11 octobre, si la fête de Lutte ouvrière n’a pu se tenir comme à son habitude avec un banquet en fin de soirée, le rendez-vous a été maintenu avec différents débats. Les sujets abordés ont suscité de nombreuses discussions : le Covid et la vaccination, la situation au Liban, la révolte des Noirs américains, de l’esclavage à la révolte actuelle « Black Lives Matter ».

Lors de son intervention, Dominique Clergue a évoqué la situation des travailleurs dans le Loiret, en particulier la grève du secteur des Flexibles à Hutchinson.

Nathalie Arthaud a rappelé que la guerre sociale que mène la bourgeoisie pour assouvir sa soif de profit est sans limite. Son intervention a été suivie d'un débat animé par de nombreux témoignages sur la condition des travailleurs, le bilan sur les mouvements des gilets jaunes et celui des retraites. Il a été aussi question des perspectives à défendre. Le capitalisme conduit au gâchis pour l’humanité et la planète entière, il  faut le renverser, les travailleurs conscients doivent s’y préparer et s’organiser dans ce sens.

Tous étaient fiers et heureux d’avoir pu participer à cette journée de retrouvailles.

Indre-et-Loire

Course en mer et fortune de terre

Brève
05/10/2020

Dimanche 4 octobre se tenait au château d'Artigny près de Tours une vente aux enchères, au cours de laquelle fut proposé un médaillon orné de vingt diamants, offert dit-on par Louis XIV à un corsaire malouin.

En dépit de la crise économique et sanitaire, les enchérisseurs se sont bousculés au portillon pour acquérir la babiole. Mis à prix 80 000 €, le médaillon s'est finalement vendu 500 000 € - 620 000 même avec les frais.

L'heureux acquéreur n'est ni un oligarque russe, ni un parvenu chinois ou un embusqué de paradis fiscal. Le médaillon est resté dans des mains malouines, puisqu'il est désormais la propriété d'un patron de PME de St Malo, qui employait jusqu'au printemps dernier – date à laquelle il a vendu l'entreprise - une quarantaine de salariés dans la conception, l'installation et la maintenance de projets photovoltaïques.

Où l'on voit que les multiples aides gouvernementales aux entreprises ne sont pas perdues pour tout le monde, et que les énergies renouvelables peuvent être source d'inépuisables profits.

Loiret

Licenciements inacceptables dans la logistique

Brève
16/09/2020

Le transporteur XPO prévoit de fermer son site d’Ingré, qui emploie 40 travailleurs, sous prétexte qu’il a perdu un gros client passé à la concurrence. Il propose à des salariés d’aller travailler à Artenay, ce qui pour certains veut dire près de 100 kilomètres aller-retour par jour. Quant à la boîte concurrente en question, FM Logistic, son PDG a dit récemment que « l’intérim c’est l’avenir ».

Partout, les patrons cherchent à opposer les travailleurs les uns aux autres, tout en les rendant plus précaires et flexibles. Aucun travailleur ne doit être dupe ni se laisser diviser au profit d’actionnaires qui ne veulent pas empiéter sur leurs dividendes. Les bénéfices accumulés pendant des années doivent servir à maintenir les emplois avec des salaires suffisants pour vivre.