L'Echo :  Lutte Ouvrière à visage découvert

Article de presse
18/02/2010

Lutte Ouvrière n'a pas l'habitude d'avancer masquée. Le parti trotskiste condamne la présence d'une jeune femme voilée sur la liste du Nouveau parti anticapitaliste (NPA)

dans le Vaucluse. « Nous sommes farouchement opposés au voile », déclare Elisabeth Faucon pour qui " il n'y a pas de petit voile. Ce n'est pas seulement le symbole, mais l'attribut concret de l'oppression que les hommes veulent infligeraux femmes »,

tranche Lutte Ouvrière.

« Mettre le nez dans les comptes. des entreprises »

Lutte Ouvrière ne digère pas les aides accordées aux entreprises par le conseil régional. Pas plus que les propositions formulées par les différentes listes en matière d'économie et d'emploi :« C'est au nom de soi-disant contreparties socialesque tous les cadeaux sont donnés aux patrons depuis des décennies. Ils empochent et ensuite (ont exocternent ce qu'ils veulent » Ne pas verser de dividendes aux actionnaires pendant la durée de l'aide ? « La belle affaire, rétorque le parti trotskiste,il faudrait d'abord pouvoir vraiment le contrôler et puis, ils peuvent très bien empocher tout le gros lot au bout d'un an ou deux ". Alors, quelle solution pour garantir l'emploi et donner des salaires corrects ? « Les salariés devront aller mettre le nez dans les comptes des entreprises. » Balayées les propositions de «fonds d'épargne locale», d'aides «vertes», de «consultations des salariés», de «contreparties sociales et environnementales» proposées par les listes de droite et de gauche. « L'argent, c'est dans les coffres-fortsdes actionnaires qu'il faut aller le chercher. Quant à l'argent public, c'est auxservices publics utiles à la population qu'il doit aller ", estime Lutte Ouvrière.

© l'Echo (16-02-2010)