La Montagne :  Lutte Ouvrière - Nathalie Arthaud a animé le premier meeting clermontois

Article de presse
24/02/2010

Ce n'est pas à Lutte ouvrière, parti où les femmes s'imposent aux hommes à compétences égales, qu'on dénichera des voix pour défendre Besancenot, le NPA et leur candidate voilée du Vaucluse...

Le parti trotskiste avait monté son premier meeting de campagne, samedi après-midi, dans la salle (très inhospitalière) Victor-Hugo sous la grande surface d'Auchan Nord.

Comme il se doit, ce sont deux femmes qui ont animé les débats : Marie Savre, tête de liste régionale, et Nathalie Arthaud, la porte-parole nationale, également tête de liste régionale en Rhône-Alpes, successeur de la célébrissime Arlette.

« Extrêmement violent »

Nathalie Arthaud n'a donc pas été tendre avec son frère ennemi du Nouveau Parti Anticapitaliste indifférent au symbole politico-social du voile islamique : « Cela correspond à un recul, je suis très choquée. Les femmes qui se battent dans les quartiers pour que les adolescentes ne portent pas le voile se sont senties trahies ».

Si elle ne nourrit aucune illusion sur le scrutin du 14 mars (« ce n'est pas les urnes qu'on changera les choses mais par la lutte sur le terrain »), Nathalie Arthaud croit dur comme fer que le contexte économique est favorable à un chamboulement social. « Mettre quelqu'un à la porte, lui faire tout perdre, c'est extrêmement violent. On peut agir d'en bas pour interdire aux grands groupes de supprimer des emplois. Regardez Total qui met au chômage 800 salariés alors que l'entreprise accumule les profits. La région comme le gouvernement ne peut rien faire. Dans ces élections, on peut faire comprendre aux gens qu'ils n'ont pas à se laisser faire, qu'ils peuvent changer un système complètement fou ».

Ce n'est pas le rêve du « grand soir » mais c'est tout comme : « Cela peut changer vite. Regardez mai 68... ».

© Jean-Paul Gondeau (15-02-2010)