Mag' Centre :  Orléans: Farida Megdoud donne toujours de la voix pour les « travailleuses-travailleurs »

Article de presse
27/02/2014

Elle n'aimerait pas qu'on le dise comme ça, mais Farida Megdoud aux élections c'est devenu un grand « classique ». A ce mot réac, la candidate de Lutte ouvrière préfèrera toujours « révolutionnaire ». Mais qu'elle le veuille ou non, Mme Megdoud, un petit bout de femme brune au regard franc, professeur de lycée dans le civil à la Source, et bien décidé à en finir avec cette société, joue les Arlette Laguillier d'Orléans. Une figure légendaire de LO à qui elle a bien failli succéder lorsqu'Arlette s'est décidée de passer du premier au second rôle.

Que ce soit aux régionales, aux européennes, aux cantonales, cela fait une collection de fois que Farida Megdoud va aux élections. En 2008 elle était déjà là, et n'avait obtenu que 1,78% des suffrages exprimés.

En 2014, ils seront trois de Lutte ouvrière à faire liste dans le Loiret et précise t-elle « la première fois à Montargis ». Dans le Gâtinais, c'est une ouvrière d'Hutchinson, Dominique Clergue, qui s'y collera, déjà candidate aux législatives de 2012. Et à Fleury-les-Aubrais, où la gauche (l'extrême gauche) est coupée en quatre, ce sera un autre grand classique, avec Patrick Lamiable en tête de liste, le cheminot rouge. En région Centre des listes de « travailleurs, travailleuses » comme disait Arlette, se présentent à Joué-les-Tours, Saint-Pierre-des-Corps, Chartres...

Dans toute la France LO présente des listes dans 200 villes de plus de 10 000 habitants, soit 9 000 candidats.

Pas une candidature de témoingage

Pour quoi faire, ces listes estampillées « ...faire entendre la voix des travailleurs  »? Comme son nom l'indique pourrait répondre Farida Megdoud qui précise pour ceux qui croient que les Trotskistes ne viennent faire que de la figuration intelligente, « ce n'est pas une candidature de témoignage. Nous souhaitons avoir des élus au conseil municipal pour être les porte-parole des travailleurs ».

En campagne, la tête de liste LO explique que les gens rencontrés dans les cages d'escaliers « ce qui les préoccupe ce ne sont pas des considérations locales car ils sont confrontés au pouvoir d'achat qui s'effondre, aux faibles retraite et aux salaires bloqués ». Tout le contraire des Socialistes qui mettent en avant les enjeux locaux et l'on comprend bien pourquoi...

Et Mme Megdoud de constater « nous avons un bon accueil, les gens savent bien que pendant la crise c'est le peuple qui paye et les riches qui s'enrichissent ».

Autre raison qu'a LO de se présenter à la gauche de la gauche, « si nous ne sommes pas là, les gens vont s'abstenir et on ne veut pas que la droite et l'extrême droite aient le monopole de l'opposition ».

Quant à la gauche classique pour Farida Megdoud, « elle est à plat ventre devant Gataz  », comme ces 50 milliards donnés au patronat. Seule LO « remet en cause la domination de la bourgeoisie ». Après une tentative d'approche, l'hypothèse d'une liste commune avec le PC a fait long feu.

L'apothéose de la campagne de LO aura lieu le 14 mars à Orléans avec la venue de la porte-parole Nathalie Artaud. Auparavant, ce mercredi 26 février, à la salle des Chats Ferrés, Farida Megdoud présentera les 55 noms de sa liste. Pour faire entendre la voix des travailleurs...

Ch.B

© Mag' Centre (25/02/2014)