Le Berry Républicain :  RÉGIS ROBIN A PRÉSENTÉ, HIER SOIR, SA LISTE POUR FAIRE ENTENDRE LE CAMP DES TRAVAILLEURS

Article de presse
04/03/2014

Lutte ouvrière présente deux cents listes en France, dont une à Vierzon. « Pour dire que les ouvriers sont en colère » et « infliger un désaveu au gouvernement ».

Lutte ouvrière fait bande à part

Régis Robin a pris la tête d'une liste Lutte ouvrière pour la municipale, intitulée Faire entendre le camp des travailleurs. Le conseiller municipal de la majorité sortante a choisi de se désolidariser de la nouvelle liste d'union des forces de gauche et écologiste, menée par Nicolas Sansu, après six ans d'une vie commune agitée par quelques soubresauts, sur certaines décisions du gouvernement, concernant les salariés et les retraités, et plus localement, sur la remunicipalisation « seulement partielle » de l'eau, sur les transports en commun et sur les conditions de travail des salariés municipaux que l'élu n'a eu de cesse de dénoncer.


« Des vrais communistes au conseil municipal »

« En 2008, la gauche n'était pas au pouvoir. Aujourd'hui, elle prend des décisions qui vont à l'encontre des droits des travailleurs et nous ne l'acceptons pas », confirme Régis Robin.

« Les travailleurs vierzonnais sont écoeurés de la politique du gouvernement, qui se comporte en laquais des riches. Il faut arrêter de faire s'épuiser au travail une partie de la population pendant que des milliers de jeunes et de moins jeunes se retrouvent au chômage. Pour cela, il faut imposer l'interdiction des licenciements, la répartition du travail entre tous sans diminution de salaires, l'augmentation des salaires et des retraites. Ces problèmes ne dépendent pas des municipalités », explique le candidat. « Dites que vous en avez assez de voir se gaver une bourgeoisie qui en veut toujours plus. Dites que vous n'êtes pas d'accord avec cette contre-vérité qui proclame que la hausse des profits est bonne pour toute la société. Les profits d'aujourd'hui ne font pas les emplois de demain, ils servent à spéculer ! Refusez de choisir entre les politiciens qui, tous, s'inclinent devant le grand capital. Le capitalisme qui nous a amené la crise actuelle est un système injuste et stupide, incapable de répondre aux besoins les plus élémentaires de la société. »

Face à la dégradation des conditions de vie et de travail, « le geste le plus utile que les travailleurs, les retraités, les chômeurs peuvent faire lors des prochaines élections, c'est de faire entendre leur colère  ». En soutenant des militants « qui ne font pas partie de cette gauche qui s'attaque au monde du travail » et en envoyant au conseil municipal « des militants vraiment communistes prêts à appuyer tous les combats du monde du travail ».

Lutte ouvrière se présente à la municipale depuis 1971. Cette année, en faisant liste à part, « on scie peut-être la petite branche sur laquelle on était assis, on prend le risque de ne pas être représenté au conseil municipal », indique Alain Forget. « C'est un choix réaliste. On ne peut pas être présent sur une liste de gauche qui ne défend pas les travailleurs », répond Régis Robin.

« Il s'agit, aussi, de reprendre confiance en nous et d'être fiers d'être ouvriers. Il faut mettre en l'air ce système capitaliste qui menace l'humanité  », vitupère René Chantôme.

Céline Chouard

© Le Berry Républicain (27/02/2014)