La Nouvelle République :  Rythmes scolaires : la copie des candidats

Article de presse
15/03/2014

Pour le candidat de Lutte ouvrière, le choix de la municipalité d'imposer la réforme dès 2013 a provoqué le « mécontentement et la mobilisation des parents d'élèves, des enseignants et du personnel municipal. »

Selon Jean-Jacques Prodhomme, entre quatre jours ou quatre jours et demi, il n'est « guère possible de définir un rythme idéal en faisant abstraction des conditions dans lesquelles se pratique l'enseignement. Et avant d'imposer une réforme en trompe-l'œil, il faut déjà commencer par donner les moyens humains et matériels aux enseignants. Pour cela, il faudra cesser d'arroser les plus riches [...] au détriment de l'Éducation nationale et des dotations de fonctionnement des communes [...] ».

© La Nouvelle République (15/03/2014)