La Nouvelle République :  Vendôme - Deux candidats deux extrêmes gauches

Article de presse
04/06/2012

Dans la circonscription, un candidat Lutte ouvrière et un candidat Nouveau parti anticapitaliste cherchent à convaincre les électeurs d'extrême gauche.

Ce qui différencie Lutte ouvrière du Nouveau parti anticapitaliste ? « Nous, on veut affirmer qu'il y a, dans l'éventail politique français, un courant communiste révolutionnaire, explique Claude Lamy, candidat Lutte ouvrière. Nos cousins de plus en plus éloignés du NPA ont abandonné toute référence au trotskisme et au communisme. Nous, nous sommes toujours dans cette ligne. »

Alex Babarczi, candidat du NPA, confirme. « Avec LO, il y a beaucoup de points communs, sur le système bancaire par exemple. On leur a tendu la main, mais l'accord n'a pas pu se faire. LO a une conception de la manière d'aller vers une nouvelle société qui nous paraît irréaliste. Si on veut transformer la réalité, il faut agir, pas attendre que cela arrive tout seul. »

Une extrême gauche « historique », une autre qui veut un « socialisme du XXIe siècle », en somme. Et donc, deux candidats pour cette élection, qui ont chacun leur parcours.

Parcours de militants

Claude Lamy, le candidat Lutte ouvrière, fait sa première campagne en tant que candidat, mais est militant depuis les années soixante-dix. Né à Paris, il vit à Morée depuis 1977. Il a travaillé chez Renault dans les Yvelines, où il a été délégué du personnel, et est aujourd'hui retraité de la Poste. « Je suis relativement connu dans le Haut-Vendômois, surtout suite au mouvement des usagers de la Poste, en 2009, que j'ai animé », assure t-il.

Alex Babarczi, le candidat du NPA, est ingénieur chimiste de profession, et lui aussi militant de longue date. Son premier engagement fut dans un comité antifasciste et antiraciste, à la fin de la guerre d'Algérie, avant de rejoindre les rangs de l'extrême gauche politique après 68, « dans la veine maoïste marxiste léniniste ». Un engagement poursuivi à la CGT, comme délégué du personnel et secrétaire CHSCT dans des syndicats. Originaire de l'Essonne, il arrive en Loir-et-Cher en 1996, et habite aujourd'hui à Monteaux. Il a participé à la fondation du NPA, fin 2008. C'est sa première candidature aux législatives, mais il a été candidat aux dernières régionales.

repères

Convergence de programmes

Les programmes de Lutte ouvrière et du NPA pour les législatives sont dans la continuité de ceux présentés à la Présidentielle, et comportent plusieurs points d'accords. Tous deux veulent la réquisition des banques et leur fusion en une seule entité, l'interdiction des licenciements, et les créations d'emplois dans les services publics par exemple.

Ils se retrouvent également sur une autre idée : « L'élection de François Hollande ne suffit pas ». « Cela n'exonère pas la classe ouvrière de rentrer dans la lutte », déclame le candidat de Lutte ouvrière. « Sarkozy et la clique du Fouquet's sont partis, mais les capitalistes sont toujours là, décrit de son côté le candidat NPA. On a mis une gauche à la droite, maintenant, il faut mettre KO l'austérité. François Hollande préconise une austérité de gauche. » En rappelant les différentes luttes et fermetures d'entreprises récentes dans le département, il conclut : « Une autre politique est urgente et nécessaire ».

Thierry Soulard

© La Nouvelle République - édition du Loir-et-Cher (04/06/2012)