Reims, grève dans les crèches

La couche est pleine

Brève
17/01/2020

Mardi 14 janvier, plus de 150 travailleurs et travailleuses des crèches de Reims se sont rassemblées devant l’Hôtel de Ville. Avec leurs pancartes, leurs chansons, elles manifestaient contre la nouvelle dégradation de leurs conditions de travail voulue par le gouvernement.

Déjà fatigué par le manque de personnel et le manque de matériel, l’ensemble du personnel se bat aujourd’hui pour ne pas accueillir toujours plus de bébés et d’enfants sans que le nombre de collègues qui encadrent suive.

Sous prétexte de « simplifier le mode d’accueil », le gouvernement cherche en réalité à pressurer toujours plus les auxiliaires de puériculture, les puéricultrices… et à rentabiliser chaque m2 des crèches au détriment de l’accueil et du bon développement des enfants.

Alors pour tous les travailleurs des crèches pas question d’accepter : « Les enfants ne sont pas des sardines et nous ne sommes pas des machines ! ».

Reims (Marne)

La mobilisation continue

Brève
16/01/2020

Pour préparer la journée de grève et de manifestation du jeudi 16 janvier, des travailleurs de nombreux secteurs, syndiqués ou non, du public comme du privé, des retraités, des Gilets Jaunes poursuivent la mobilisation. Ils vont devant les entreprises, sur les marchés, aux ronds points... pour discuter et distribuer des tracts.

Mercredi 15 janvier à 7h15, avant d’aller diffuser au rond point des Droits de l’Homme à l’entrée de la ville, ils étaient une trentaine devant les Ateliers municipaux.

Autour d’un café, il a été facile de discuter avec les travailleurs des Ateliers. Beaucoup ont participé aux précédentes journées d’action et les derniers mensonges de Macron sur un soi-disant « retrait de l’âge pivot » ne trompent personne.

Pour les menuisiers, les électriciens, les maçons, les plombiers, les peintres, le quotidien c’est de porter des charges lourdes, de monter des pots de peintures de 10 kg sur des échafaudages, de peindre des plafonds, de descendre dans d'étroits vides sanitaires, de monter les chalets des manifestations de la ville… Ce sont des travaux physiquement durs, faits par tous les temps et auxquels peuvent s’ajouter des astreintes de nuit.

Faire ce boulot jusqu’à 64 ans ce n’est pas envisageable. Et pour gagner moins, il n’en n’est pas question !

Alors ce que veulent les travailleurs, c'est pas de discussion, pas de négociations mais le retrait total du projet !

 

Reims, samedi 11 janvier 2020

Solidarité face aux intimidations policières et judiciaires

Brève
16/01/2020

Le parcours de la manifestation du samedi 11 janvier à Reims a pris un chemin inhabituel qui a pu surprendre le chaland. En effet, le cortège s’est rendu devant le commissariat central,  pour y exprimer la solidarité avec Hervé. Les manifestants ont crié leur colère et demandé la libération de leur camarade arrêté le matin même au cours d’un rassemblement devant la CITURA, société des transports rémois.

    Cette arrestation est intervenue à 7 h du matin, alors qu’un groupe de grévistes et gilets jaunes filtraient la sortie des bus depuis 4h30 à raison d’un toutes les 15 minutes, avec l’assentiment des conducteurs. Vers 6h30, un renfort des forces de l’ordre est arrivé. Armés et casqués, ils ont tiré sans aucune sommation des grenades lacrymogènes sur le groupe. Une jeune femme a été brûlée au cuir chevelu et ils ont  arrêté Hervé, le plaquant violemment au sol. Ce dernier est resté 48 h en garde à vue, garde à vue dont le caractère abusif transparaît dans le seul motif retenu « entrave à la circulation sur la voie publique » et l’issue de la composition pénale qui s’est limitée à un rappel à la loi. 

    Ce rappel à la loi devant justifier cette interpellation, il a été assorti d’une amende déguisée sous la forme d’une obligation d’effectuer un stage de « citoyenneté » dont les frais sont à la charge d’Hervé. Là encore, la solidarité a joué à plein : une collecte s’est spontanément organisée durant la manifestation du mardi 14 janvier et a réuni la somme nécessaire. Face à la réforme des retraites et des intimidations exercées pour la passer en force, notre force c’est notre solidarité.

 

Champagne

La pression des patrons fait reculer le gouvernement

Brève
24/11/2019

Suivant l’exemple du mois sans tabac, des associations de lutte contre l’alcoolisme voulaient mettre en place, avec l'appui du gouvernement, un mois sans alcool en janvier.

Jeudi 14 novembre, en déplacement ans la Marne, E. Macron a rencontré autour d’un déjeuner des représentants du milieu viticole. À la fin du repas, le syndicat de vignerons se félicitait que soit abandonnée l'idée d'un « janvier sec ».

Chaque année, l’alcool est responsable de 45 000 morts, mais le gouvernement s’en moque. Pour lui, la prévention s’arrête où commencent les profits des capitalistes vendeurs d’alcool !

Fête de Lutte ouvrière à Reims le 17 novembre 2019

Demandez le programme !

Brève
16/11/2019

Le détail du programme en pièce jointe !

Fichier attachéTaille
Icône PDF programme_fete_depliant_2019.pdf374.38 Ko