Trains en Haute-Marne

Victimes du manque d’investissement

Brève
25/02/2021

Depuis quelques semaines, la ligne 4, qui dessert Troyes, Chaumont et Langres par exemple, fonctionne en mode dégradé. La SNCF indique que la faute en incombe à la crise sanitaire et à des travaux de maintenance. En fait, c’est surtout l'état de la voie qui est en cause. Ainsi, sur cette ligne, le train a été, durant plusieurs jours, retardé systématiquement de 50 minutes au début février, du fait d’un affaissement de terrain, entre Vesoul et Culmont-Chalindrey. Finalement, la circulation a été interrompue dans les deux sens, le 18 février.

En Haute-Marne comme sur tout le territoire, les lignes de la SNCF souffrent de sous-investissement depuis de nombreuses années. Et tant pis pour les usagers !

Carte scolaire

Mobilisation contre les fermetures de classes

Brève
25/02/2021

Dans plusieurs villes et agglomérations de Haute-Marne, des centaines d’habitants se sont mobilisés pour empêcher les fermetures de classes prévues par le rectorat. Parents d’élèves et enseignants refusent ces mesures imposées sous prétexte d’économie. Car même si la population du département baisse, ces fermetures de classes auraient des conséquences désastreuses pour les plus jeunes.

Lorsqu’il s’agit de l’éducation, tous les moyens devraient être mis en œuvre pour donner le meilleur à la jeunesse, sans considération d’économies à réaliser à ses dépens comme aux dépens des enseignants et des parents.

Aide aux entreprises

Jamais à court d’idées

Brève
19/02/2021

La chambre de commerce et d’industrie de Chaumont a lancé un fonds d’aide spécifique pour les artisans et petits commerçants qui ont des projets de modernisation, de rénovation et d’accessibilité. Elle lui a même donné un nom : le Fisac. Il suffit de présenter un projet à ce fonds pour bénéficier de 30 à 40% d’aide sur ses investissements. A supposer que cette aide aille à ces petits artisans et commerçants, tout cela ressemble bien à un plâtre sur une jambe de bois, à une petite bouffée d’oxygène avant l’asphyxie. Car qu’on le veuille ou non la crise est là et bien là. Ceux qui font vivre beaucoup de ces petits commerçants et artisans, ce sont les travailleurs.

La crise capitaliste fait exploser le chômage, la misère, les bas salaires, tout ce qui potentiellement diminue le pouvoir d’achat et la consommation. Alors beaucoup de ces tout petits producteurs ou commerçants indépendants ont bel et bien leur sort lié à celui du monde du travail, et comme lui, ont intérêt à en finir avec une société capitaliste qui les étrangle ! 

Carte scolaire

De plus en plus de suppressions de classes

Brève
19/02/2021

Le projet de carte scolaire pour l’année 2021-2022 vient d’être connu. Pas moins de 20 fermetures de classes y sont programmées en Haute-Marne, contre 7 ouvertures.

Ce sont les zones rurales qui sont le plus touchées sous prétexte que l’effectif y est réduit dans les classes et que le nombre d’élèves ne justifie pas le maintien des classes dans ces zones.

Il en est dans le domaine de l’éducation, comme dans celui de la santé, des transports ou encore du logement. L’État considère que tout ce qui ne rapporte pas directement du profit à des capitalistes se doit nécessairement d’être calculé au moindre coût. Quelles qu’en soient les conséquences.

Conseils de prudhomme

Une sévère baisse des effectifs

Brève
18/02/2021

Une baisse d'effectif est programmée au Conseil des prudhommes de Haute-Marne. Le nombre d’affaires a baissé entre 2019 et 2020, passant de 97 à 79, du fait de la crise sanitaire. Le nombre de conseillers pourrait passer de 74 à 40, soit une baisse de 46%, selon un projet du ministère de la justice.

Cette baisse fait suite à une autre mesure qui avait programmé la fusion entre les conseils de prudhommes de Chaumont et de Saint-Dizier, en 2009. Cela avait posé des problèmes matériels et rendu plus difficile pour beaucoup de salariés la possibilité de se défendre.

Toutes ces attaques, font partie d’une politique menée au plus haut sommet de l’État pour rendre de plus en plus difficile les recours des travailleurs devant les Prud’hommes : procédure alourdie, plafond fortement diminué pour les indemnités de licenciement et au final baisse des effectifs. Bref  tout ça pour donner carte blanche au patronat et lui laisser encore plus que d’habitude les mains libres d’imposer ses lois dans les entreprises.