Reims, samedi 11 janvier 2020

Solidarité face aux intimidations policières et judiciaires

Brève
16/01/2020

Le parcours de la manifestation du samedi 11 janvier à Reims a pris un chemin inhabituel qui a pu surprendre le chaland. En effet, le cortège s’est rendu devant le commissariat central,  pour y exprimer la solidarité avec Hervé. Les manifestants ont crié leur colère et demandé la libération de leur camarade arrêté le matin même au cours d’un rassemblement devant la CITURA, société des transports rémois.

    Cette arrestation est intervenue à 7 h du matin, alors qu’un groupe de grévistes et gilets jaunes filtraient la sortie des bus depuis 4h30 à raison d’un toutes les 15 minutes, avec l’assentiment des conducteurs. Vers 6h30, un renfort des forces de l’ordre est arrivé. Armés et casqués, ils ont tiré sans aucune sommation des grenades lacrymogènes sur le groupe. Une jeune femme a été brûlée au cuir chevelu et ils ont  arrêté Hervé, le plaquant violemment au sol. Ce dernier est resté 48 h en garde à vue, garde à vue dont le caractère abusif transparaît dans le seul motif retenu « entrave à la circulation sur la voie publique » et l’issue de la composition pénale qui s’est limitée à un rappel à la loi. 

    Ce rappel à la loi devant justifier cette interpellation, il a été assorti d’une amende déguisée sous la forme d’une obligation d’effectuer un stage de « citoyenneté » dont les frais sont à la charge d’Hervé. Là encore, la solidarité a joué à plein : une collecte s’est spontanément organisée durant la manifestation du mardi 14 janvier et a réuni la somme nécessaire. Face à la réforme des retraites et des intimidations exercées pour la passer en force, notre force c’est notre solidarité.

 

Champagne

La pression des patrons fait reculer le gouvernement

Brève
24/11/2019

Suivant l’exemple du mois sans tabac, des associations de lutte contre l’alcoolisme voulaient mettre en place, avec l'appui du gouvernement, un mois sans alcool en janvier.

Jeudi 14 novembre, en déplacement ans la Marne, E. Macron a rencontré autour d’un déjeuner des représentants du milieu viticole. À la fin du repas, le syndicat de vignerons se félicitait que soit abandonnée l'idée d'un « janvier sec ».

Chaque année, l’alcool est responsable de 45 000 morts, mais le gouvernement s’en moque. Pour lui, la prévention s’arrête où commencent les profits des capitalistes vendeurs d’alcool !

Fête de Lutte ouvrière à Reims le 17 novembre 2019

Demandez le programme !

Brève
16/11/2019

Le détail du programme en pièce jointe !

Fichier attachéTaille
Icône PDF programme_fete_depliant_2019.pdf374.38 Ko

Transports urbains (Reims)

Bientôt des sas anti-fraudes ?

Brève
31/10/2019

Des sas anti-fraudes doivent bientôt être testés sur certains bus du réseau de transports urbains. C'est la réponse de l'exploitant privé du réseau à une fraude estimée en augmentation.

Les salariés dénoncent à juste titre ce surcroît de travail, d'autant que la mission désagréable de gérer cet équipement s'ajoutera à celles qu'effectue déjà le conducteur.

Si on veut lutter contre la fraude, c'est facile : gratuité des transports pour tous ! Le coût du transport doit être supporté par le patronat, qui profite des déplacements de ses salariés et de ses clients !

Transports

Petits fraudeurs et gros voleurs

Brève
31/10/2019

L'exploitant du réseau des transports urbains de Reims a choisi de mettre en scène la lutte contre la fraude. Parlons-en.

Le réseau a été concédé au privé lors de la construction du tramway. La ville s'est endettée pour 34 ans, et a accepté par contrat de compenser à l'exploitant si sa marge (ses profits) n'atteint pas les 9,56 %.

Pendant ce temps, le prix du transport n'a cessé d'augmenter. En une vingtaine d'années, il a plus que doublé, passant d'un ticket à l'unité dans le bus à 0.75€ à 1,60€ aujourd'hui.

Que ce soit comme usager ou comme contribuable, dans les deux cas on se fait bien rouler.