Champagne

Ils poussent trop loin le bouchon

Brève
09/06/2010

Au début de l'année, les grandes maisons de champagne ont indiqué que leurs ventes avaient fortement chuté en 2009. Les unes ont annoncé des suppressions d'emplois et les autres des gels de salaires.

Les travailleurs du champagne sont depuis mobilisés comme chez Piper pour contester cette politique choquante. Ils ont plus que raison. Les chiffres d'exportation récemment publiés viennent encore conforter les salariés. Ils montrent une forte reprise des ventes à l'étranger, qui, si elles n'atteignent pas les niveaux records des dernières années, sont cependant élevées.

De crise, il n'en est pas question pour les maisons de champagne dont les superprofits accumulés depuis dix ans n'ont jamais été aussi importants.

Reims

ArcelorMittal est un tricheur

Brève
04/06/2010

Arcelor Mittal vient d'annoncer 41 nouvelles suppressions d'emplois sur Reims. En un an, près de 200 emplois ont été supprimés. Il ne devrait pas y avoir de licenciements secs à condition que les travailleurs acceptent d'être mutés aux quatre coins du pays avec tout ce que cela comporte comme difficulté familiale ou sociale.

Pourtant rien dans les comptes du groupe et encore moins dans les poches de son actionnaire, cinquième fortune du monde, n'impose de supprimer des emplois. Il y a encore quelques mois, après avoir concédé un terrain à un prix cassé et d'autres aides, les élus locaux de toutes tendances se félicitaient, au nom de la défense de l'emploi, du choix d'Arcelor de laisser l'un de ses sièges administratifs à Reims.

Tel un joueur de Poker, Arcelor supprime d'une main les emplois qu'il prétend sauver de l'autre. Il faut vraiment être aveugle pour ne pas s'en rendre compte.

Champagne Piper

Un goût de Bouchon

Brève
31/05/2010

La maison de champagne Piper-Heidsieck, prenant prétexte d'une inflexion des ventes de bouteilles à l'exportation, avait annoncé la suppression de 39 emplois soit près de 25 % du personnel en 2009.

Pour la deuxième fois, la direction du travail vient de retoquer ce plan dit « social », le trouvant totalement injustifié au regard de la situation de Piper mais aussi du groupe Rémy Cointreau qui affiche des ventes en hausse de plus de 13 % en 2009 !

On ne peut que partager la colère des travailleurs vis-à-vis d'une telle malhonnêteté et rapacité.

Reims

Plysorol comme un mauvais feuilleton

Brève
30/05/2010

Depuis la reprise, il y a près de deux ans, des usines Plysorol à Magenta (Marne), Lisieux et Fontenay par un capitaliste chinois, les travailleurs se sont forgés la conviction que la Société Wang pas venue pour prèserver les emplois mais attirée par les profitables concessions de bois au Gabon.

En mars, les fournisseurs et les salariés n'étaient plus payés plongeant le groupe en situation de dépôt de bilan. Les travailleurs se sont alors adressés aux pouvoirs publics pour les alerter sur les mauvais coups que préparait ce margoulin. L'Etat leur a répondu qu'il ne pouvait rien faire car le droit de propriété protégeait l'actionnaire et qu'il fallait s'en remettre à la justice. Cette dernière vient de trancher. Du fait de l'argent frais remis sur la table par Wang conserve la propriété de l'entreprise et peut mettre en place son plan d'une centaine de suppressions d'emplois et de vente de l'usine de Magenta.

En voilà qui en dit long sur la justice !

Marne

PTPM : légitime colère

Brève
27/04/2010

Depuis hier, les salariés de PTPM à Aÿ dans la Marne retiennent trois cadres dans les locaux. Cela fait plus d'un an qu'ils s'opposent à la fermeture de l'entreprise décidée par le groupe Trêves. Exaspérés par l'absence de propositions pour sauver leurs emplois, ils ont décidé de passer à l'action, à l'image de Sodimatex dans l'Oise aussi propriété de Trêves.

Ce groupe a reçu 55 millions d'euros de l'Etat et de nombreuses autres des collectivités locales pour soi-disant sauver les emplois. Il n'en est rien et on ne peut que comprendre la légitime colère des travailleurs.