Palmarès des villes où il fait bon vivre

Un bon petit business

Brève
22/04/2021

La presse locale et nationale a complaisamment relayé l'étude commandée par l'association "villes et villages où il fait bon vivre".

Un aspect n'a jamais été commenté : le business autour de cette opération. L'association en question n'a comme "utilité" que de produire, annuellement, ce sondage. Elle a engagé pour ce faire un institut de sondages, qui utilise des données publiques, gratuites, qu'il agence à sa guise.

Et comme ce sondage produit des lauréats, l'association démarche les communes, petites et grandes, et monnaye l'utilisation du label. Pour une ville comme Chaumont, la cotisation s'élève à 2600 € par an. Si un millier de communes adhèrent, cela produit un budget de 2 millions d'euros. Le président de l'association est Thierry Saussez, conseiller en communication, qui a servi auprès de Sarkozy ou Konan Bédié en Côte d'Ivoire.

Utiliser le chauvinisme local, ça ne coûte pas cher, et ça peut rapporter gros.

Éducation nationale

Une suppression en forme de provocation

Brève
15/04/2021

La semaine dernière, il a été confirmé qu’un poste de laborantine dans le collège Joseph-Cressot de Joinville en Haute-Marne était supprimé. Cette annonce faisait suite à une mobilisation de l’équipe enseignante mais aussi des parents d’élèves, qui avaient manifesté le 22 mars. Alors que tout indiquait que le maintien du poste de laborantine était essentiel dans le déroulement des cours de sciences dans ce collège classé en Réseau d’éducation prioritaire (REP), qu’une mobilisation avait eu lieu et qu’elle était soutenu par une grande partie de la population, le rectorat a donc décidé de maintenir cette suppression. C’est la même situation dans le lycée Charles de Gaulle de Chaumont où un poste d’aide laboratoire est menacé.

L’éducation nationale fait ainsi la preuve de sa volonté de faire des économies. Le slogan de Macron elle l’aménage à sa façon : Le « Quoi qu’il en coûte, c’est à la population pauvre, aux personnels de l’Education, aux élèves qu'elle veut envoyer la note.

Haute-Marne

Réduction du nombre de trains

Brève
15/04/2021

A partir du 10 avril et jusqu’au 2 mai, la SNCF dit avoir adapté son plan de transport pour le faire passer de 82 % du trafic assuré comme c’était le cas il y a quelques semaines à 64 %, avec maintien des trains aux heures de pointe, et donc une forte réduction en dehors de celles-ci. Sauf que d’après le représentant CGT, c’est même à 41 % que le trafic serait assuré durant les trois semaines indiquées.

Une réduction du trafic de plus de la moitié qui ne peut que décourager de prendre le train. En réalité, au cours des dernières années, c’est à une dégradation continue du service à laquelle on assiste.

Ce qui est  aberrant c’est que d’un côté le gouvernement traque les oublis individuels aux gestes barrières, à coup de PV à 135 euros, mais d’un autre côté la SNCF, elle, peut bourrer ses trains en toute impunité. Il est vrai que pour ceux qui nous gouvernent sauver les profits est plus légitime que contribuer à sauver des vies.

Rapport sur l’Hôpital de Chaumont

Cadeaux au privé et suppressions de postes au menu

Brève
06/04/2021

Dans le rapport sur l’hôpital de Chaumont que le syndicat Sud Santé s’est procuré, il apparait que de nouvelles suppressions de postes seraient en préparation, via le regroupement des hôpitaux de Chaumont et Bourbonne et le passage à des entreprises extérieures du secteur de la stérilisation, sans compter que la blanchisserie verrait son volume de travail augmenter, sans aucune création de poste.

Encore une fois, les économies que l’Agence régionale de santé veut imposer aux établissements passe par des attaques contre les salariés, qu’il s’agisse de suppressions de postes, de surcharge de travail ou de découpe des secteurs rentables pour les données au privé. L’ARS agit bien là comme l’exécutant zélé des basses oeuvres du gouvernement.

Chaumont Habitat

Des conditions d’habitation indignes

Brève
02/04/2021

La presse locale s’est récemment fait l’écho d’une situation de logement insalubre dans des logements gérés par Chaumont Habitat.

Il s’agit de moisissures, d’infiltrations ou encore de nuisibles, le tout avec un bailleur qui joue la montre, ne répond pas quand on le sollicite et fait preuve d’une mauvaise foi manifeste à chaque occasion. Une situation qui est loin d’être isolée et que dénoncent régulièrement les habitants des quartiers populaires de la ville. Chaumont habitat est pourtant lié à la ville de Chaumont, qui se targue de faire beaucoup de choses pour les habitants, mais qui ne répond pas quand on la sollicite et exige par contre le paiement des loyers en temps et en heure, quitte à mettre les locataires dans les pires difficultés.

Il est inadmissible que les habitants des quartiers populaires puissent vivre dans de de tels logement indignes. Des mesures d’urgence s’imposent !