Hôpital de Chaumont

Un transfert vers le privé

Brève
30/05/2020

Le syndicat Sud Santé s’est étonné récemment et à juste titre de voir des consultations d’anesthésie et de chirurgie de l’hôpital transférées le 11 mai vers la clinique médico chirurgicale. Comme par hasard, aussi bien le syndicat que la presse locale, qui a relayé l’information, n’ont pu obtenir des informations de l’ARS et de la préfecture sur ce transfert.

Il est vrai qu’un Groupement de Coopération Sanitaire Établissement de Santé a été créé en 2017 pour précisément transférer vers le privé les activités rentables et permettre à des entreprises de santé d’en bénéficier.

Même pendant la pandémie, ceux qui dirigent soignent d'abord les profits.

Masques et tests

Rien n’est réglé

Brève
28/05/2020

Alors que les masques réutilisables sont distribués et vendus, la pénurie est toujours la norme pour les masques chirurgicaux nécessaires aux professionnels : un chirurgien-dentiste de Chaumont l’a rappelé dans une lettre ouverte aux représentants de l’État. Le réapprovisionnement se fait au compte-gouttes, et la crainte de manquer conduit encore les soignants à prolonger la durée d’utilisation des masques.

Quant aux tests, les écouvillons manquent et le délai de traitement est encore bien trop long, ce qui rend moins efficace le traçage de l’épidémie.

Les discours sur les priorités affichées par l’État sont chaque jour démentis sur le terrain.

Distribution de masques (Haute-Marne)

Faudrait pas rater une occasion…

Brève
28/05/2020

Le conseil départemental de Haute-Marne a commencé à distribuer des masques réutilisables. Ils ont été retardés d’abord par la difficulté de se faire livrer… mais aussi par le temps pris à sérigraphier le logo du département sur chaque masque distribué.

Il n’y a donc eu personne parmi ceux qui décident pour comprendre qu’il était indécent de retarder la livraison pour faire sa com’.

Aide alimentaire, Ardennes

Des demandes toujours en hausse

Brève
27/05/2020

Depuis le début du confinement, les travailleurs précaires, au chômage ou au chômage partiel, sont venus grossir les rangs des 5,5 millions de bénéficiaires réguliers ou ponctuels de l’aide alimentaire.

Dans les Ardennes, Bogny-sur-Meuse, Haybes, Rocroi, Floing ou Mouzon rejoignent les villes qui ont déjà signé des conventions avec des associations caritatives pour parer à cette urgence sociale.

La Banque alimentaire s’alarme de la baisse rapide de ses stocks, et prévoit déjà d’avancer la collecte de denrées habituellement prévue en novembre, au début du mois de juin.

Les 39 millions d’euros promis par l’État restent une aumône surtout si l’on compare cette aide aux centaines de milliards prévus pour aider le grand patronat.

Tant qu’on laissera les capitalistes dominer l’économie, nous irons de crises en crises. Et pour les travailleurs ce sera toujours plus de chômage et de misère. Il y a urgence à renverser le système capitaliste.

Revalorisation des stagiaires

Héros stagiaires : zéro euros !

Brève
25/05/2020

Les étudiants infirmiers et aides-soignants ont été nombreux à se porter volontaires dès le début de la crise, dans tous les hôpitaux de la région. Ils se sont engagés indépendamment de leur rémunération. Beaucoup ont été considérés comme stagiaires et sont restés à ce statut depuis mars. Cela voulait dire 300 € pour une infirmière stagiaire, et carrément rien pour une stagiaire aide-soignante.

Avec deux mois de retard, l’État vient de décider qu’au lieu de 300 et zéro euros, les stagiaires devraient toucher 1200 et 1000 €. C’est certes beaucoup mieux mais cela ne permet toujours pas de vivre.

Autant dire que pour ce qui concerne les moyens à consacrer aux hôpitaux et surtout au personnel qui le fait fonctionner, le gouvernement démontre surtout son mépris, malgré son discours.