General Electric (Belfort)

Non à tous les licenciements

Brève
12/09/2019

Bruno Le Maire a déclaré, en créant « un comité de suivi sur les engagements pris par General Electric en 2014 », vouloir que General Electric "réduise le volume global de son plan de licenciements " qu'il juge en l'état "excessif" (plus de 1000 licenciements sont prévus dans la partie Turbines à Gaz).

Résultat de la première réunion : les 50 millions d’euros que GE a versé pour ne pas avoir respecté son engagement de créer mille emplois, suite à la reprise de la partie Energie d’Alstom, serviront peut-être pour 50 emplois pour des reclassements éventuels à Belfort. Soit un million d’euros par emploi, pour créer des « start-up », le tout sans aucun engagement. De quoi attirer les margoulins qui veulent s’enrichir.

Pourtant ces jours-ci, une étude a été publiée sur les entreprises ayant le plus de « cash » dans le monde. General Electric y apparaît en 4ème position avec 31,97 milliards de dollars. Ce cash montre ce que sont les profits réels de ce groupe. Il faut interdire ces licenciements et prendre sur les profits pour préserver les emplois.

Bar-le-duc

Alstom reconnu responsable

Brève
10/09/2019

Le 3 septembre 2019, le tribunal de Bar-le-Duc a rendu son jugement dans le dossier du TER Alstom.

Alstom Transport a été condamnée à une amende de 100 000 euros et CEF (filiale d’Alstom) à une amende de 50 000 euros.

L’accident avait coûté la vie à trois ouvriers travaillant sur le ballast, au moment d’un essai ferroviaire, le 1er décembre 2011 à Willeroncourt.

Lors de ce procès qui s’est déroulé près de huit ans après ce drame, il est apparu que pour Alstom, la priorité était d’assurer la réussite de cette présentation, porteuse de juteux contrats, alors que depuis le début des tests, toutes les procédures de sécurité avaient été négligées, voire absentes.

Giromagny (Territoire de Belfort)

La misère de La Poste... et des postiers !

Brève
10/09/2019

Le gouvernement prétend vouloir moderniser La Poste.

Un exemple de cette modernisation : à Giromagny, dans le Territoire de Belfort. Le classement du courrier la réception et le tri des paquets, des lettres recommandées se fait par terre, sur le sol, à l’arrière de la poste, parce que les facteurs n’ont pas de local.

Voilà le progrès !!! Un exemple de la misère d’un service utile à la population.

C’est l’argent public qui manque ? Il est consacré à aider la grande bourgeoisie, la finance.

Smoby, Lavans-les-Saint-Claude (Jura)

Une justice bien lente pour les patrons !

Brève
07/09/2019

Siège de SMOBY à Lavans-les-Saint-Claude

Le 30 septembre s'ouvrira à Nancy le procès de Jean-Cristophe Breuil, l'ex PDG du groupe de fabrication de jouets Smoby. Il est accusé de détournement d'environ 10 millions d'euros à des fins personnelles. 

L'affaire remonte à 2007. Suite à des difficultés financières, l'entreprise Smoby était placé en redressement judiciaire alors que le carnet de commande était plein. Elle ne s'est pas relevée de ses difficultés et elle est reprise en 2008 par le groupe Simba, mais avec plus de 300 licenciements. Ecoeurés, les travailleurs n'ont pas pu savoir précisément où était passé l'argent de l'entreprise. Le PDG a été placé en détention provisoire pour 6 mois, puis libéré et resté sous contrôle judiciaire jusqu'en 2012.  Héritier de cette famille de patrons qui tenait le devant de la scène dans le Haut-Jura, il est toujours dans les affaires et se partage aujourd'hui entre Hong Kong et Lyon. 

Ce procès arrive bien trop tard, 12 ans après les faits, 11 ans après les licenciements. Pour les Gilets jaunes arrêtés dans les manifestations, la justice se hâte bien davantage...

PSA

PSA fait son mercato

Brève
06/09/2019

Tavares PDG de PSA vient de débaucher un des hommes forts de Renault-Nissan, Arnaud Deboeuf, nommé depuis directeur de la stratégie industrielle de PSA.

Tavares lui-même ancien numéro deux de Renault connait bien la maison concurrente. Tout ce petit monde se connait bien, se fréquente et depuis que Carlos Goshn est tombé en disgrâce le mercato s’anime.

D’autres prises sont-elles en vue ?

Reste que contrairement au foot le montant des transferts n’est pas connu et ces copains-coquins serviteurs des actionnaires viennent se goinfrer de l’exploitations des travailleurs.