Besançon

La réforme Blanquer ne passe toujours pas

Brève
13/05/2019

Lycée Pergaud vendredi 10 mai

Vendredi 10 mai, les parents d’élèves et les élèves étaient appelés à manifester leur refus des réformes des lycées et du bac.

Conscients qu’il s’agit d’un appauvrissement et non d’une modernisation, ce sont plus de 3700 élèves des lycées de Besançon qui ont répondu présents... en refusant de venir en cours.

Les médias ont relayé la version du rectorat disant que l’action avait touché 10% des élèves et que les perturbations avaient été « mineures » : 4 élèves sur 35 en classe en moyenne, c’est sûr que le calme régnait !

Ce geste de solidarité montre aux pouvoirs publics que parents, élèves et enseignants n’acceptent pas les régressions en cours.

Lure (Hte-Saône)

300 personnes mobilisées pour soutenir une famille menacée d’expulsion.

Brève
08/05/2019

Une famille albanaise installée depuis six ans à Lure vient de se voir notifier une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) dans les 48 heures.

Cette mesure prise à l’encontre d’une famille qui a organisé sa vie à Lure, dont le père travaille, dont les enfants sont à quelques semaines de passer le bac pour l’ainé et ont été honorés lors d’un concours d’écriture pour la seconde, a provoqué colère et indignation. Une première mobilisation a rassemblé 300 personnes, « à Lure, c’est du jamais vu » souligne un membre du comité de soutien, et un nouveau rassemblement est prévu vendredi 10 mai.

Contre l’avis de tous ceux qui soutiennent cette famille, comité d’entraide, associations, lycéens,  enseignants, parents d’élèves, élus…, le préfet applique servilement cette règle qui veut que pour les étrangers qui n’ont pas un portefeuille bien garni pour s’offrir un vignoble, un château ou un hôtel, c’est « Circulez, y’a rien à voir… ».

Orange et le réseau téléphonique aérien

des coupures de plus en plus longues

Brève
05/05/2019

Fil téléphonique décroché du poteau vers Nods

Orange fait des économies sur l'entretien et le réseau téléphonique aérien se dégrade dans les campagnes : câbles pris dans les branches faute d'élagage, poteaux de travers, fils qui pendent, boîtes de protection et coffres ouverts.

Quand un câble est coupé, Orange tarde à réparer. Depuis bien longtemps, Orange utilise une cascade de sous-traitants pour faire les réparations. Ils n'ont pas beaucoup d'équipe pour faire les interventions et cet hiver les coupures se sont multipliées. Faute de réponse rapide de la part des services d'Orange, les habitants d'Echay près de Quingey ont réparé eux-mêmes le poteau et la ligne endommagés.  

Voilà l'état dans lequel un des opérateurs les plus puissant de la  planète laisse le réseau téléphonique aérien en profitant au maximum des salariés de la sous-traitance. 

Manifestation du Premier Mai à Besançon

Une manifestation réussie

Brève
03/05/2019

Début du rassemblement place de la Révolution

Travailleurs, retraités, gilets jaunes, jeunes ont manifesté à près de 3 000 au centre-ville de Besançon. Ils montraient leur rejet de la politique du gouvernement mais aussi leur rejet de la domination des capitalistes sur la société. 

Et à la fin de la manifestation, il n'y a pas eu, comme le dit une certaine presse, "près de 200 gilets jaunes cherchant à envahir le commissariat", mais seulement une quinzaine d'entre eux qui sont rentrés sur un parking interne. 

Et comme chaque samedi, une nouvelle manifestation aura lieu place de la Révolution à Besançon. 

Tribunal correctionnel de Besançon

Soutien aux gilets jaunes poursuivis par la justice de Macron

Brève
01/05/2019

Manifestation de gilets jaunes en janvier 2019

Ce lundi, une centaine de personnes est venue soutenir Frédéric Vuillaume, sa compagne et un autre gilet jaune convoqués au tribunal correctionnel pour "outrage au ministère de l'Intérieur" lors de sa venue à Besançon en mars dernier. 

Frédéric Vuillaume est agent de service dans un établissement scolaire et animateur du syndicat FO au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Ces derniers mois, il a subi plusieurs gardes à vue, perquisitions, confiscation de l'ordinateur familial. Police et justice multiplient les intimidations à son égard car ils le désignent comme le principal animateur des manifestations des gilets jaunes à Besançon. 

Depuis des mois, le gouvernement refuse de prendre sur les profits et les fortunes des capitalistes pour améliorer les conditions de vie des classes populaires. Malgré les arrêtés préfectoraux interdisant des lieux de manifestation, les contrôles d'identité préventifs, les gardes à vue et les poursuites en justice, le gouvernement  ne parvient pas à éteindre le mouvement de protestation.