Alstom-GE-Siemens : un jeu de Monopoly où les actionnaires gagnent à tous les coups

Communiqué
28/04/2014

Beaucoup de bruit est fait sur le rachat d'Alstom. Par General Electric ? Par Siemens ? Les deux ? A coups de milliards de dollars ou d'euros. Ces décisions sont prises dans le secret des conseils d'administration de ces groupes et ce ne sont pas les interventions patriotiques de Montebourg et Hollande, mis de toute façon devant le fait accompli, qui vont changer quoi que ce soit.

Alstom, GE, Siemens font partie de ces capitalistes qui ont toujours exploité ensemble les travailleurs, qui ont une partie des actionnaires en commun et qui se sont développés grâce à des aides et des marchés publiques.

Alstom n'est pas plus français que GE n'est américain, ou Siemens allemand : tous sont avant tout des groupes capitalistes dont le seul objectif est d'augmenter la part de leurs actionnaires en s'attaquant aux travailleurs partout dans le monde, par des licenciements et une aggravation des conditions de travail tout en étant subventionnés par les contribuables.

D'ailleurs il est significatif qu'Alstom, GE et Siemens aient des plans de licenciements en cours après avoir déclaré de confortables bénéfices.

Et cela montre le caractère totalement parasitaire et révoltant de ce système où les travailleurs se retrouvent comme des pions dans un jeu de Monopoly où les grands groupes capitalistes gagnent toutes les parties.

Pour Lutte Ouvrière : Jean-Marie Pheulpin

Daniel Rouillon, candidat aux élections européennes sur la liste : "Faire entendre le camp ses travailleurs", dans le grand Est