Dans le public comme dans le privé, les travailleurs n’ont pas à payer la crise dont ils ne sont pas responsables

Communiqué
24/05/2012

Les travailleurs chargés de la collecte des ordures ménagères à Belfort sont en grève depuis lundi matin 21 mai.

Ils dénoncent une baisse de leur pouvoir d'achat et des conditions de travail qui se dégradent. Ils revendiquent une prime de pénibilité de 15 € par jour.

La direction de la CAB reconnaît que leur pouvoir d'achat a perdu de 10 à 15 % ces dernières années, mais refuse de satisfaire leurs revendications, en tentant de faire un chantage à l'augmentation de la taxe des ordures ménagères. et en déclarant avec cynisme, que leurs salaires « sont des salaires corrects, surtout en temps de crise ».

Les salariées de la crèche privée du Tech'hom se sont mises en grève mardi 22 mai.

Elles en ont marre, elles aussi, des salaires de 1200 € et réclament une augmentation de 180 €.

Marre des horaires à rallonge, elles réclament l'embauche de personnel qualifié et de meilleures conditions de travail.

Elles ont bien raison de ne pas accepter l'inacceptable.

Dans le public comme dans le privé, les travailleurs n'ont pas à payer la crise dont ils ne sont pas responsables.

Christiane PETITOT et Jean Marie PHEULPIN, candidats de Lutte Ouvrière dans les 2 circonscriptions du Territoire de Belfort