Une liste « Lutte ouvrière, Faire entendre le camp des travailleurs » aux Elections Européennes

Communiqué
25/04/2014

Lutte Ouvrière présente des listes lors des élections européennes dans les huit circonscriptions, dont une en commun avec Combat Ouvrier dans la huitième représentant les départements et territoires d'Outre-mer.

Dans l'Est, la liste sera conduite par Claire Rocher, infirmière au CHU de Dijon, et Thomas Rose, enseignant à Reims. Christian Driano, Michel Treppo, tous deux travaillant à PSA Sochaux, Daniel Rouillon, ouvrier à Alstom Belfort, Nicole Friess adjointe administrative au CHU de Besançon, ainsi que Dominique Revoy, enseignante à Dole, dans le Jura, sont également sur cette liste.

Après les élections municipales, marquées par une forte abstention liée à la profonde déception de l'électorat populaire vis à vis d'un gouvernement de « gauche » tout autant au service des riches que l'était Sarkozy, il est important que les travailleurs votent pour leur camp et pour des militants vraiment communistes.

Nous réaffirmerons dans ces élections les revendications vitales des travailleurs que sont l'interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous sans perte de salaires pour mettre fin au chômage ; l'augmentation des salaires, pensions et allocations et leur indexation sur l'évolution réelle des prix ; la fin du secret des affaires qui permet aux grands groupes de prospérer dans la crise de leur système capitaliste décadent.

Le vote pour la liste Lutte Ouvrière sera un vote de rejet du gouvernement Hollande, comme de la droite et de l'extrême droite qui est le pire ennemi des travailleurs en cherchant à les diviser selon leur nationalité.

Tous les États européens, de même que l'Union européenne qui est leur émanation, sont au service du grand patronat et des financiers. Et ce n'est pas l'Euro qui est le problème des classes populaires mais le niveau des salaires, pensions et allocations qui est trop bas et qu'il faut augmenter. En francs, les fins de mois seraient toujours aussi difficiles !

Nous réaffirmerons que le prolétariat d'Europe, avec ses composantes originaires de tous les continents, constitue une même classe sociale par-delà les frontières et qu'il a les mêmes intérêts à défendre face au grand capital et ses serviteurs politiques, aussi bien les partisans de l'Union européenne que les nationalistes et les protectionnistes de tous horizons.