L'Est Républicain :  L'autre opposition à Hollande

Article de presse
11/05/2012

Yves Fontanive, Christiane Petitot, Jean-Marie Pheulpin et Noël Rousseaux. Photo Ph.P.

LUTTE OUVRIÈRE sera présente dans les deux circonscriptions du Territoire de Belfort, à l'occasion des prochaines élections législatives.

Dans la première circonscription, la candidate sera Christiane Petitot, 61 ans, enseignante retraitée, une habitante du quartier des Résidences militante LO depuis 1968. Elle aura pour suppléant Yves Fontanive, 52 ans, ouvrier fondeur à Delle, militant syndical, militant de LO depuis 1981.

Dans la seconde circonscription, le candidat LO sera Jean-Marie Pheulpin, 58 ans, dessinateur industriel chez Alstom en cessation d'activité, militant syndical, militant LO depuis 1973, conseiller municipal à Belfort depuis 2008. Son suppléant sera Noël Rousseaux, 59 ans, éducateur spécialisé, domicilié à Valdoie, militant syndical, militant LO depuis 1975.

« Dans sa majorité, l'électorat populaire peut se réjouir d'avoir contribué à la chute de Sarkozy, le président des riches. Mais Hollande n'est pas pour autant le président des pauvres. Le grand patronat ne fera aucun cadeau ; il n'attend du futur gouvernement que de continuer à en recevoir » avance LO, pour qui on l'aura bien compris, la lutte continue.

Le parti trotskiste ne croit pas à un changement d'ampleur avec l'élection de François Hollande : « Les maîtres de l'économie et de la société, le grand patronat, les banquiers, les grands groupes industriels et financiers continueront à faire la pluie et le beau temps. C'est à cette puissance là que les travailleurs auront à s'opposer s'ils veulent défendre leurs conditions d'existence contre les licenciements, le chômage et l'abaissement de leur niveau de vie. L'élection de Hollande ne leur permettra pas d'économiser une seule lutte, et ils ont toutes les raisons de ne pas faire la moindre confiance à Hollande  ».

Pour Lutte ouvrière, l'opposition au gouvernement socialiste ne doit, donc, pas seulement venir de la droite.

Quant à l'extrême droite, elle est vue comme l'alliée objective de « la dictature de la classe capitaliste » : « Nos candidats sont du côté des intérêts du monde du travail et n'acceptent pas que ses intérêts soient bradés » poursuit Jean-Marie Pheulpin, qui souligne que les élections ne suffiront pas et que c'est par la rue que le changement devra intervenir.

LO prédit le caractère inéluctable d'un soulèvement populaire, et tient à garder son caractère de parti révolutionnaire.

Un meeting est prévu à Belfort le 6 juin, mais la campagne de LO sera avant tout une campagne militante avec distribution de tracts et rencontre de la population.

Philippe PIOT

--------------------------------------------------------------------------------

Post-Scriptum

© L'Est Républicain, vendredi le 11 mai 2012 / Ouverture Belfort. Droits de reproduction et de diffusion réservés