Le Pays :  Lutte ouvrière : C. Driano et M. Treppo aux côtés des travailleurs

Article de presse
10/05/2012

Christian Driano

Candidat Lutte Ouvrière sur la 3e circonscription du Doubs.

61 ans

Ouvrier-ajusteur retraité.

Suppléante : Annie Mougin

Ouvrière de l'automobile.

Michel Treppo

Candidat Lutte Ouvrière sur la 4e circonscription du Doubs.

43 ans

Ouvrier de l'automobile au ferrage chez PSA à Sochaux.

Conseiller municipal à Valentigney depuis 2008.

Suppléant : Georges Kvartskhava

Ouvrier retraité.

Christian Driano (3e circonscription du Doubs) et Michel Treppo (4e) se présentent aux élections législatives avec l'étiquette « Lutte Ouvrière ». Comme il y a cinq ans...

Ne leur demandez pas leur programme touchant aux questions locales... Il n'existe pas !

« Nous plaçons des candidats Lutte Ouvrière partout. Mais nous ne faisons pas de campagne locale  », précise effectivement Christian Driano.

« Notre mot d'ordre est national. Il faut que les travailleurs prennent le mors aux dents et se battent face au patronat. À Sochaux, nous avons un grand patron qui représente très bien la politique de la bourgeoisie. C'est à des gens comme ça que nous proposons de rendre les coups », explique cet ouvrier-ajusteur retraité de la « Peuge » qui, comme Michel Treppo candidat sur la 4e circonscription, centre ses propositions « sur le monde du travail en général  ».

N'attendons pas grand-chose de Hollande

« Oui, lorsque Sarkozy a été battu, cela nous a réjouis.

Mais dans les ateliers sochaliens, c'était loin d'être l'enthousiasme total. Nous n'attendons pas grand-chose de Hollande , estime le candidat-syndicaliste.

« Nous savons très bien que ce sont les exigences de la finance qui dicteront les choix de l'équipe du président. Quand on gratte un peu, on se rend compte qu'Hollande n'a fait aucun engagement clair et précis. C'est pour ces raisons qu'une opposition d'extrême-gauche doit se faire entendre  », argumente Christian Driano qui relaye les objectifs de Nathalie Arthaud, la candidate de LO à la Présidentielle : « Imposer l'interdiction des licenciements et répartir le travail entre tous sans diminution de salaires ; imposer une augmentation générale des salaires et des pensions indexés sur la hausse des prix ; imposer le contrôle des classes populaires sur les comptes des entreprises afin de ne pas laisser à la classe capitaliste le monopole des décisions...  »

Face aux autres candidats, le message de Lutte Ouvrière est évidemment on ne peut plus clair : « L'opposition politique aux futurs mauvais coups du gouvernement de gauche contre les travailleurs ne doit pas venir que de la droite ou de l'extrême droite ! Elle doit provenir avant tout de femmes et d'hommes qui sont du côté des intérêts du monde du travail, et qui n'accepteront jamais qu'ils soient bradés ».

L.V.

© Le Pays, jeudi le 10 Mai 2012 Droits de reproduction et de diffusion réservés