Le Pays :  Nathalie Arthaud (LO) veut s'attaquer aux fortunes

Article de presse
18/03/2012

Hier, Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière), s'est exprimée à Montbéliard devant plus de 200 militants. Photo Lionel Vadam

Ça à la couleur d'Arlette, mais c'est bien de Nathalie qu'il s'agit. Nathalie Arthaud, candidate de Lutte Ouvrière à la Présidentielle, était hier à Montbéliard. Même discours, mais nouvelle tête.

Veste rouge avec des tacons aux coudes, Nathalie Arthaud n'a pas changé d'un poil le discours auquel sont habitués les travailleuses et travailleurs du Pays de Montbéliard.

Sur la scène de la Roselière à Montbéliard, la candidate à la Présidentielle (0,5 % d'intentions de vote à 40 jours du scrutin), égratigne un à un ses adversaires dans la course à l'Élysée. Une course à laquelle elle est désormais sûre de participer grâce aux 610 parrainages de maires déjà déposés. Face à plus de 200 sympathisants, elle a donc traité Marine Le Pen d'« ennemi mortel » qui « aime les travailleurs lorsqu'ils ont le petit doigt sur la couture du pantalon ». Elle intime à ses amis de « ne pas faire confiance au PS qui réinvente le bouclier fiscal » et les pousse à l'aider « à reconstruire tout ce que Sarkozy a détruit ». « De toute façon, dans cette élection, la droite a une politique de gauche et la gauche a une politique de droite », résume la candidate communiste, toujours prête bien sûr à s'attaquer au patronat, qui plus est lors qu'elle milite aux portes de la Peuge. « Depuis la crise, l'exploitation des travailleurs n'a cessé d'augmenter. Chez PSA, ou ailleurs, on a augmenté la charge de travail des ouvriers pour mettre des gens à la porte. En trois ans, 900 usines ont fermé en France ».

Christian Driano satisfait

Pour que les salariés prennent le pouvoir, Nathalie Arthaud dans son programme de « lutte des classes » propose de « taxer les profits présents, passés et même les fortunes privées des patrons, comme la famille Peugeot par exemple ». Et pour les ouvriers ? « Un smic à 1700 euros pour pouvoir vivre et non plus survivre ». Du Laguiller à 100 %.

Pour Christian Driano, militant montbéliardais de la première heure : « Il y a eu Arlette et maintenant, il y a l'après-Arlette. Non, à 70 balais, on ne peut pas regretter qu'elle se soit retirée. Nous sommes satisfaits de sa remplaçante, de la relève qui a été plébiscitée par les militants. Même s'il faut lui laisser le temps, je trouve que Nathalie assure déjà lors de ses passages à la télévision. Dans ses discours, le contenu reste le même que du temps d'Arlette. Nous nous sentons bien représentés ».

Preuve que l'« héritière » a réussi à convaincre ses partisans.

Lionel Vadam

© L'alsace, Dimanche le 18 Mars 2012 Droits de reproduction et de diffusion réservés