Walor – Vouziers :  Bras de fer remporté par les travailleurs

Echo d'entreprise
11/02/2021

Vendredi 28 janvier, la grève des 90 travailleurs de l’usine Walor, à Vouziers dans les Ardennes, s’est achevée par un recul de la direction, contrainte de céder une augmentation de salaire.

Cette petite usine appartient à un grand groupe, Walor, leader européen de la fabrication de pièces usinées pour l’automobile, qui fournit les grands constructeurs automobiles.

Les ouvriers de l’usine de Vouziers travaillent en 3×8, avec une équipe de week-end et une seconde en cours de constitution. Depuis deux ans, ils subissent de plus en plus de pressions. On leur reproche par exemple des pauses café-cigarette trop longues et des chefs d’équipe supplémentaires sont recrutés pour les surveiller. Les travailleurs, eux, devraient se contenter d’une augmentation du taux horaire de 5 centimes !

Durant le premier confinement, la direction a arrêté la production pendant quinze jours. Elle n’a rien déboursé pour le paiement du chômage partiel et a bénéficié d’un report du versement des cotisations sociales ainsi que d’un prêt garanti par l’État de 27 millions d’euros, ce qui lui a permis de payer ses arriérés de cotisations et d’impôts. Quand la production a repris sur la base du volontariat, les salariés ont obtenu bien péniblement une prime Covid de 150 euros par mois.

Le vase a débordé quand la direction a décidé de supprimer un emploi sur une chaîne de production. Les travailleurs, qui discutaient depuis quelque temps d’un mouvement, ont décidé de faire deux heures de débrayage vendredi 22 janvier. Face au mépris affiché par le patron, ils se sont ensuite mis en grève.

La grève a été suivie par 90 % des travailleurs, sur les chaînes de production comme dans les bureaux. Ils se sont relayés pour occuper l’usine et distribuer des tracts aux abords du site, afin d’expliquer à la population leurs conditions de travail et leur revendication d’une augmentation de 40 centimes de l’heure, ainsi que du rétablissement du poste supprimé. La direction, surprise par la réaction des travailleurs, a lâché assez rapidement 15 centimes.

On était loin du compte, et le mouvement s’est donc poursuivi. La solidarité entre les travailleurs s’est organisée afin de garder les hésitants dans le mouvement. La direction est finalement revenue sur la suppression de poste et a concédé les 40 centimes de l’heure d’augmentation, mais pas à tous. Les grévistes ont alors décidé de maintenir la pression.

Au bout de six jours de grève, la direction a dû céder 46 euros net d’augmentation mensuelle pour tout le personnel. Les travailleurs savent que cette augmentation est insuffisante pour subvenir à leurs besoins. Mais cette mobilisation leur a permis d’obtenir bien plus que ce que la direction était prête à lâcher au départ, et de faire l’expérience de la force d’une lutte collective. Une expérience précieuse pour l’avenir !