Forges de Bologne :  Des ménagements… pour le patron

Echo d'entreprise
14/11/2020

Les Forges de Bologne, sous-traitant aéronautique, doivent déménager d’une dizaine de kilomètres pour s’installer sur la nouvelle zone industrielle “Plein-Est” à Chaumont. Les collectivités locales subventionnent l’opération et ont créé à cet effet une société d’économie mixte pour aménager le nouveau site.

Le futur occupant des lieux ne s’est engagé qu’à les louer, il pourra réserver ses investissements à ce qu’il aurait de toute façon été obligé de faire : remplacer des machines vieillissantes par des outils de production plus modernes.

La situation de crise a conduit l’État à débloquer des sommes considérables pour le grand patronat en aides directes. Mais il y a d’autres dépenses, comme ce type d’aménagements qui sont souvent le résultat d’un chantage à l’emploi. Au passage, les investissements passés de la commune de Bologne, par exemple pour faire une route qui contourne l’usine, sont perdus. Et il y a fort à parier que ce sont encore les collectivités locales qui paieront la dépollution du site abandonné.

Aux Forges aujourd’hui, la situation est inquiétante pour les salariés. Les intérimaires ont été renvoyés. Les salariés en CDI sont incités à partir, de différentes manières. Le chômage partiel "tournant" a fait que tous les salariés ont eu des pertes de salaire. Le site, qui a compté jusqu’à 800 personnes tous statuts confondus, tourne aujourd’hui avec environ 500 personnes. Et ce n’est évidemment pas ce projet, qui comprend un parking de seulement 400 places, qui laisse entrevoir une possibilité de recrutement.

Dans ce secteur où les donneurs d’ordre (Airbus, Boeing, Dassault) font la pluie et le beau temps, rien ne peut sécuriser l’emploi, et toute subvention ne peut servir qu’à assurer des profits aux plus gros. Les engagements des patrons locaux, qui changent régulièrement, n’ont aucune valeur.

Ce déménagement ne créera aucun emploi. Il sera payée avec l’argent des contribuables pour le seul objectif que les patrons soient un peu plus assurés de faire du profit.