Préjudice d'anxiété des mineurs

Et dire que la justice tergiverse encore !

Brève
15/06/2019

Selon la CFDT mineurs, les 745 mineurs qui ont porté plainte pour préjudice d’anxiété suite à leur exposition à des produits cancérogènes « ont 3 300 à 4 400 fois plus de risque d'avoir un cancer de la peau que les 7,5 millions d'hommes de 55 à 75 ans résidant en France. Ils ont aussi 146 fois plus de risque de contracter une leucémie et 1 700 fois plus de risque de contracter un cancer du rein ». Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Mais depuis 6 ans, ils vont de tribunaux en tribunaux pour faire reconnaitre le préjudice d’anxiété.

Les gueules noires ont respiré des poussières et ont été en contact avec des produits hautement cancérogènes comme les HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) ou le trichloréthylène. Aujourd'hui, ces mineurs veulent qu'on reconnaisse leur peur de tomber malade de ces expositions.

La cour de Cassation devrait rendre son verdict le 20 juin prochain à Paris. Ce ne serait que justice…