Houillères de Lorraine

La reconnaissance des conditions de travail des mineurs

Brève
01/02/2021

Après dix ans de mobilisation et d’action judiciaire, 726 anciens mineurs de charbon de Lorraine ont obtenu de la cour d’appel de Douai la reconnaissance du préjudice d’anxiété pour avoir été exposés à substances toxiques. Ils vont toucher chacun 10 000 euros, payés par l’État puisque leur employeur, les Charbonnages de France n’existent plus.

Ils sont 726 encore en vie. 49 sont décédés depuis le début de la procédure à un âge moyen de 68 ans : 10 ans de moins que l’espérance de vie des hommes en France ! Cela en dit long sur les conditions de travail qu’ont eu à subir les mineurs.

Comme le dit François Dosso, ancien mineur Cfdt porte-parole de ce combat, dans la presse : « Les mines sont fermées mais il n’y a pas de nostalgie. On regrette la camaraderie, la solidarité, le plein emploi… mais nous ne regrettons pas le bagne. Certains chantiers des houillères, c’était Cayenne. La seule différence c’est qu’il n’y avait pas de crocodiles au fond de la mine ».

Les crocodiles, ils sont au sommet des entreprises et de l’État.

Les dernières brèves