Mairie de Reims :  Les agents en grève contre le vol de leurs congés

Echo d'entreprise
15/02/2021

À Reims, les travailleuses et travailleurs de la ville et de l’agglomération ne sont pas prêts à laisser passer la dernière attaque de la municipalité qui veut augmenter leur temps de travail et supprimer entre sept et douze jours de leurs congés.

Après une première journée de grève fin janvier qui avait déjà réuni deux cents travailleurs, plus de cent cinquante agents se sont à nouveau retrouvés le mardi 9 février devant l’Hôtel de ville pour montrer leur détermination.

Au même moment dans les bureaux, la direction, après avoir expliqué pendant des semaines que cette suppression des congés était imposée à tous par la loi et qu'il n'y avait pas moyen d'y déroger, discutait finalement des moyens de faire passer la pilule en lâchant quelques jours, mais seulement pour certaines catégories d’agents aux conditions de travail ou horaires particuliers, comme le travail de nuit ou en horaires décalés. Sur le parvis, les grévistes, pas dupes de la manœuvre grossière de la direction pour essayer de les diviser en cédant des miettes à quelques uns, ont voté leur revendication. Pour eux, une seule exigence : conserver TOUS les jours de congés pour TOUS les travailleurs.

Conscients que ce premier recul de la direction est dû à leur mobilisation, les grévistes ne comptent pas en rester là. Ils ont décidé de chercher à étendre leur mouvement en faisant tourner une pétition. Une trentaine d’entre eux se sont portés volontaires pour aller la porter dans les nombreux services de la mairie et chercher à convaincre et entraîner leurs collègues.

L’assemblée générale a aussi voté le prochain jour de grève qui permettra de revenir plus nombreux pour déposer la pétition et faire reculer la municipalité.

Le rassemblement s’est joyeusement terminé par une manifestation devant les bâtiments municipaux les plus proches pour faire entendre « On est là, on est là, pour garder tous nos congés, nous on est là. On n’veut pas des RTT, travailler plus c’est pas l’idée, avec le chômage qu’il y a faut embaucher. »

En dénonçant la politique criminelle qui aboutirait à les faire travailler plus alors que les chiffres du chômage explosent, ces grévistes rappellent que leur combat se place sur le terrain de la défense des intérêts communs de tous les travailleurs.