Hôpital de Sélestat

Les travailleurs ont le sens des responsabilités, pas les gouvernements

Brève
25/03/2020

Respirateur (wikipedia)

En 2016 l'Agence Régionale de Santé (ARS) organisait la fermeture du service réanimation de l'hôpital de Sélestat. N’y avait-il alors plus de besoins en la matière ? L’année 2015 faisait état de 535 patients reçus en service de réanimation.  Contre cette décision aberrante, les agents hospitaliers ainsi que la population du bassin de Sélestat s’étaient mobilisés, mais l’ARS n’en avait pas tenu compte.

Aujourd’hui, pour faire face à la pandémie et en raison de la saturation des services de réanimation des hôpitaux de Strasbourg, Colmar et Mulhouse, celui de Sélestat va rouvrir. Comme le dit une infirmière citée par la radio France Bleu : « On aurait préféré ne pas fermer à l’époque et ne pas ouvrir dans ces circonstances […]. Heureusement, la moitié de l’équipe de réa travaille encore à l’hôpital. L’ancien médecin réanimateur à la retraite a aussi accepté de revenir nous aider. »

D’un côté il y a les gouvernements, dont l’ARS est un instrument, qui ont supprimé des milliers de lits d’hôpitaux, des services entiers à travers tout le pays. C’est que dans le même temps il fallait pouvoir verser des milliards de cadeaux aux entreprises. Et de l’autre il y a les travailleurs de l’hôpital, qui constatent et dénoncent depuis des années cette destruction méthodique du système de santé, et qui sont en première ligne.

Les dernières brèves