Novartis - Bâle

Manifestation contre les licenciements

Brève
27/11/2018

Un des nombreux bâtiments du trust Novartis

A l’appel des syndicats suisse Unia et Syna, près de 700 personnes ont manifesté samedi 24 novembre à Bâle contre les 2150 suppressions d’emploi prévues en Suisse par le géant pharmaceutique Novartis.

Cela représente 16,5 % des 13 000 salariés, sans compter l’impact sur les sous-traitants ! Les sites de production sont les plus lourdement touchés avec 1500 postes supprimés. La Suisse n’est pas le seul pays touché, Novartis prévoit également de fermer une usine à Grimsby, en Angleterre, et supprimer ainsi 400 emplois.

Le trust pharmaceutique ne compte pas pour autant s’arrêter là : il prévoit en effet de faire passer ses effectifs de 124 000 actuellement à moins de 100 000 d’ici 2022. Pourquoi ? Parce que, comme il le déclare, l’objectif est d’augmenter la marge bénéficiaire de 32 % aujourd’hui à 35 % d’ici cinq ans. Pour Novartis, c’est donc la santé des actionnaires d’abord. Comme l’exprimaient justement les manifestants, Novartis peut et doit renoncer aux licenciements. Mais cela, il faudra l’imposer, chez Novartis comme ailleurs : un objectif pour tous les travailleurs.