Strasbourg

Militants CGT relaxés, Punch désavoué

Brève
26/05/2021

Palais de justice de Strasbourg

Le tribunal de Strasbourg vient de relaxer deux syndicalistes dont le secrétaire de la CGT de Punch.

La direction de Punch avait porté plainte contre eux fin décembre en pleine période de négociation sur l’annualisation du temps de travail. Elle accusait une salariée en retraite d’injures sur Facebook à son encontre et le secrétaire de violation de domicile après un débrayage et une manifestation devant la porte de l’usine de plus d’une centaine de salariés le 15 octobre qui dénonçaient, entre autres, les attaques que préparait la direction avec la remise en cause des 35 heures. L’annualisation du temps de travail lui permet d’imposer des horaires à son gré et surtout de ne plus payer les heures supplémentaires imposées quand cela l’arrange sous prétexte que cela est compensé par les périodes de chômage ou d’horaire réduit.

La plainte de la direction au tribunal pendant les négociations était avant tout un moyen de pression sur le syndicat CGT pour obtenir une signature, qu’il n’a pas donnée pour autant.

Les motifs invoqués par la direction, ont été jugés infondés par le tribunal. On ne peut que se réjouir que pour une fois un patron soit désavoué publiquement par la justice qui lui est le plus souvent favorable.

Face à une direction qui ne supporte pas la contestation, les travailleurs n’en ont pas fini pour autant avec l’exploitation et une situation qui s’aggrave.   

Les dernières brèves