Caisse d'Allocations Familiales de Nancy

Mouvement de colère contre le licenciement de 3 salariés à la veille de Noël

Brève
27/12/2019

Une vue du rassemblement du 23 décembre

A l’issue d’un an de formation, trois salariés de la Caisse d’allocations familiales de Nancy ont appris le 20 décembre qu’ils ne seraient pas embauchés car ils n’atteindraient pas les standards de production selon la direction. Cette annonce faite la veille des vacances de Noël et alors qu’ils étaient en train de fêter l’obtention de leur diplôme de fin de formation, a provoqué la colère de leurs collègues. D’autant que la pression à la production est le quotidien de tous à cause du sous-effectif permanent, et qu’il est particulièrement choquant qu’un « organisme social » comme la Caf mette au chômage (ou au RSA) un homme de 39 ans qui espérait enfin obtenir son premier CDI et deux mères célibataires de deux et trois enfants.

Dès le lundi 23, c’est à plus d’une quarantaine (environ un tiers des agents présents ce jour-là) qu’ils ont envahi les bureaux de la direction pour exprimer leur indignation et revendiquer l’embauche de tous les stagiaires diplômés.

Face à l’obstination de la direction, les salariés se sont organisés pour prolonger le mouvement durant les vacances et se retrouver encore plus nombreux à la rentrée début janvier.

Les dernières brèves